enl_vement
Editions : Le Livre de Poche - Nombre de pages : 602

4ème de couverture :
L'ordre est tombé, émanant du président américain : Knezevitch, ce chef balkanique connu pour son charisme, mais aussi pour ses méthodes peu compatibles avec le « politiquement correct », doit être enlevé et traduit devant un tribunal international créé pour l'occasion. Toutefois les services secrets américains, face aux difficultés de l'entreprise, préfèrent « repasser le bébé » aux Français, qui assumeront ainsi l'échec éventuel. C'est à un jeune capitaine répondant au pseudonyme de Martin, que revient la mission de mener à bien l'enlèvement.
Mais est-il si aisé de livrer à un tribunal de complaisance un homme pour lequel on éprouve une fascination croissante, et qui, de plus, vous sauve la vie ?
Avec ce formidable roman d'espionnage, qui emmène son lecteur des Etats-Unis aux Balkans, de la Finlande au Mexique, l'auteur du Berkeley à cinq heures - toujours très au fait des méthodes des services secrets d'aujourd'hui - mêle à l'action et à l'aventure une réflexion sur le destin de l'Europe, et d'un monde où il devient de plus en plus risqué d'échapper aux normes édictées par les puissants...

Mon avis :
Knezevitch, dit "Le roi des montagnes", président élu (avec une majorité de 75% des voix) de la république autoproclamée du Monterosso, inculpé de crimes de guerre, gène le président des Etats-Unis : celui-ci exige alors qu'il soit présenté devant le Tribunal de l'Humanité pour y être jugé de ses crimes ! Mais comment le forcer à venir devant ce tribunal international ? En l'enlevant !!
Après deux échecs, les Etats-Unis décident de confier la tâche à la France : c'est 2K, alias Martin, qui est chargé de la mission... Et c'est à partir de ce moment que mon ennui a commencé, j'ai d'ailleurs eu beaucoup de mal à terminer ce roman ! Pourquoi ? Les raisons en sont multiples : tout d'abord je m'attendais sans doute trop à un roman d'espionnage à la Tom Clancy (dont j'ai dévoré les livres il y a quelques années de cela maintenant), aussi, j'ai été déçue : en effet, cette histoire ne présente pas d'intrigues politiques (au sens où il n'y a pas de mystère : dès le départ tous les personnages savent à quoi s'attendre). Pas de rebondissements spectaculaires non plus dans ce livre même s'il y a tout de même deux belles surprises qui m'ont fait continuer ma lecture... De plus, les parcours initiatiques et surtout religieux des différents protagonistes m'ont semblé un peu trop caricaturaux avec une multitude de détails inutiles : celui de 2K, de Vladimir Knezevitch, du cousin de 2K, Georges, reconverti à l'Islam... beaucoup trop de "religiosité" à mon goût !! Bref, je suis quelque peu en panne de lecture en ce moment et non seulement ce roman ne m'a pas sortie de mon insatisfaction actuelle mais il n'a pas réussi à me convaincre non plus... ;-)

A noter tout de même, comme le signale la quatrième de couverture, que ce livre donne à réfléchir sur l'avenir de l'Europe et des puissants de ce monde... avec une conclusion bien réaliste(?) : les Etats-Unis montrent le chemin et le monde suit (ou presque)  ! 

Morceau choisi (à propos de la diversité des soldats américains) :
"Soudain, un écran étiqueté IA1 s'allume.
Là-haut, dans la montagne, un jeune Américain, John Doe, né au Wyoming ou en Arkansas, désiré ou non par son père, allaité ou non par sa mère, marié ou non, aimé ou non, fumeur ou non, peut-être un peu drogué mais pas nécessairement, la M21 dans la saignée des coudes, vient de franchir en rampant dans la neige une barrière hyperfréquence : deux modules, un émetteur et un récepteur postés dans les buissons pliant sous la neige. En passant entre les deux, Johnny a coupé un faisceau d'ondes et, ce faisant, déclenché l'action d'une caméra vidéo cachée entre deux rochers. Il cherche à gagner le poste de tir PA1. Il mourra cette nuit, c'est certain. Il l'envisage peut-être, mais il ne le sait pas.
Un autre écran s'allume.
Il est étiqueté IA3, et c'est un autre John Doe, Noir ou Blanc, né au Massachusetts ou en Californie, diplômé ou non d'un
college ou d'une université, hétéro ou puceau ou homo clandestin, baptiste ou mormon, buveur ou abstentionniste, qui a coupé une autre barrière hyperfréquence en se coulant vers le poste PA3.
Troisième écran.
L'heure de troisième John Doe approche. Cet échappé de l'
Ivy League ou ce rescapé du white trash, à moins que ce ne soit un Afro-American ou un Hispanic, a emprunté l'itinéraire IA2 pour gagner le poste de tir PA3. Lui, il ne s'en fait pas : au lieu de ramper, il marche sur ses deux jambes, à peine courbé en deux, il est le seul à mériter ce qui va lui arriver."
(Le Livre de poche - p.86)

Bref, je ne vous le recommanderai pas ... ;-)

 

D'autres avis chez BOB (bientôt)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

logobob01Je remercie BoB ainsi que les éditions Le Livre de Poche qui m'ont envoyé ce livre me permettant ainsi de découvrir ce roman et cet auteur que je ne connaissais pas du tout...

Parce que cela me fera toujours sourire...
"Bon, je décroche mon téléphone, j'appelle le président français, je lui dis de mettre son béret sur sa tête, de prendre sa baguette de pain sous son bras et de se remuer le popotin." (Le Livre de poche - p.131)

 beret_et_baguette