9782258076617

Editions : Presses de la cité - Traduction : de l'allemand par Catherine BARRET - Titre original : Mieses Karma - Nombre de pages : 319

4ème de couverture :
Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l'au-delà, elle apprend qu'elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d'insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l'échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long. Kim devra surmonter bien des obstacles... et, au passage, revoir la plupart de ses conceptions sur l'existence !
Tour à tour incisif, léger et émouvant, Maudit Karma est un roman jubilatoire.

Mon avis :
Je dois annoncer tout de suite que je n'ai pas du tout aimé ce livre ! Je n'ai pas cru une seule seconde à cette histoire de réincarnation, de bon et mauvais karma permettant de se réincarner tour à tour en fourmi, en vache, écureuil et autre animaux plus ou moins "nobles". Et que dire de bouddha, omniscient, qui se montre à chaque réincarnation en animal obèse ! Bref, heureusement pour moi, ce livre se lit très vite : phrases courtes, style incisif, direct; ce qui m'a permis de le finir car sinon, je ne sais pas si je serais allée jusqu'au bout de cette histoire sachant que la fin se devine tellement elle est convenue ! Ceci dit, je dois avouer que certains passages m'ont bien faire rire tant la situation est désespérément drôle mais pas suffisamment pour que j'apprécie cette lecture.
A noter le petit détail sympa : Kim rencontre un personnage célèbre, qui, réincarné en fourmi comme elle, accumule du bon karma grâce à l'influence de Kim et nous régale de ses "Mémoires" en note de bas de page...;-)

Le début :
"Le jour où je suis morte n'a pas vraiment été une partie de plaisir. Pas seulement à cause de ma mort. En réalité, celle-ci est péniblement arrivée bonne sixième dans la série des pires instants de cette journée." (Presses de la cité - p.9)

Morceau choisi :
"- Si...si tu es Bouddha, et si je suis réincarnée...alors, pourquoi en fourmi ?
- Parce que tu n'as pas mérité autre chose.
- Qu'est ce que ça veut dire ? Que je n'étais pas quelqu'un de bien ? Dis-je avec colère.
Je n'avais pas pu supporter les humiliations.
Bouddha se contenta de me regarder, sans cesser de sourire.
- Les dictateurs ne sont pas des gens bien ! protestai-je. Les politiciens non plus, ni, à mon avis, les programmateurs de télévision, mais sûrement pas moi !
- C'est pourquoi les dictateurs se réincarnent en autre chose, répliqua Bouddha.
- En quoi?
- En bactéries intestinales.
Tandis que j'essayais de m'imaginer Hitler et Staline s'ébattant à l'intérieur d'un côlon, Bouddha plongea son regard dans mes trois petits yeux frontaux.
- Mais les êtres humains qui n'ont pas été bons pour les autres reviennent sous forme d'insectes.
- Qui n'ont pas été bons ?
- Qui n'ont pas été bons.
- Je n'ai pas été bonne pour les autres ?
- Exactement."
(Presses de la cité - p.45)

En vacances, sur la plage, peut-être et encore... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

Ce livre a été lu pour la lecture de mars du Blogoclub. Allez voir les autres avis chez Sylire et Lisa.

se