annee_jardinier
Editions : 10/18 - Traduction : du tchèque par Joseph GAGNAIRE - Titre original : Zahradnikuv Rok - Nombre de pages : 152

4ème de couverture :
« Connaissez-vous Karel Capek ? Pour ceux qui l'ignoreraient encore, c'est l'un des plus grands écrivains tchèques de ce siècle. Doublé d'un amoureux passionné de jardins. Voilà son almanach qui nous revient aujourd'hui, et pour notre plus grand bonheur. Sa lecture est foisonnante de poésie et d'émotions. De quoi combler tous les jardiniers expérimentés ou débutants. Car ce n'est pas de conseils qu'il est question ici. Mais bien de sensations, d'odeurs, d'amour des plantes. Dans le jardin de Capek, on ne s'ennuie jamais. Mieux, on s'amuse. L'auteur sait se moquer de lui et donc de nous... Pour preuve : les dessins de son frère qui illustrent malicieusement son propos. De janvier à décembre, Capek nous propose une véritable promenade au paradis. Passionnant. » Week-End, l'Express (Bruxelles)

Mon avis :
jardinierOn me recommandait depuis très longtemps la lecture de ce tout petit livre et, après quelques hésitations (n'étant pas une "vraie" amoureuse des jardins, j'avoue avoir eu un peu peur de m'ennuyer...), j'ai entamé la lecture de ce petit almanach : et la surprise a été très agréable car je l'ai trouvé très plaisant à lire !

En effet, avec beaucoup d'espièglerie, Karel Capek nous régale de ses petites chroniques : un an de petits malheurs et de grands bonheurs, c'est ce qu'il nous propose de vivre avec un jardinier amoureux de sa parcelle de terre ! On feuillette alors avec lui les catalogues pour choisir les graines qui donneront les plus belles fleurs (plus belles que celles du voisin !), on s'émerveille des vertus de l'engrais naturel (!) "Oui, évidemment, il existe toutes sortes de poudres dans des boîtes en fer blanc : on peut acheter de toutes les choses imaginables, des sels, des extraits, des scories et des farines; on peut vacciner le sol avec toute sorte de bactéries; on peut revêtir une blouse blanche comme un préparateur de faculté ou de pharmacie, sans crainte de se salir. Tu peux faire tout cela, jardinier citadin... mais quand on pense à un beau tas de fumier dans une cour de ferme..." (10/18 - p.33) On découvre également des flores particulières : celle des gares, qui elle-même se subdivise en flore des quais et en flore des jardins des chefs de gare, celle de chemin de fer, qui correspond à celle des jardins des gardes-barrières, celle des boucheries ou encore celle des restaurants; on attend à côté du jardinier, mesurant son impatience, la première feuille qui sortira de terre, on s’émerveille des beautés du printemps, de l'été et de l’automne et on apprend que si le jardinier a des reins c'est pour l’unique raison de pouvoir dire "J’ai mal aux reins." Et on s'amuse car, vraiment ce livre est très drôle !

De plus, ces récits sont joliment illustrés de dessins pleins d'humour du frère de Karel, Josef Capek : un régal !

1651679_o1___CopieA propos de la silouhette des jardiniers :
"L'homme jardinier est indubitablement un produit de la civilisation et pas du tout de l'évolution naturelle. S'il avait été produit par la nature, il serait fait tout différemment; il aurait des jambes de scarabée afin de n'être point obligé de s'asseoir à croupetons et il aurait des ailes, d'abord parce que c'est plus joli et, en second lieu, pour pouvoir s'élever au-dessus de ses plates-bandes. Quiconque n'en a pas fait l'épreuve ne peut se faire une idée de l'embarras que constituent les jambes pour un homme qui ne sait pas où les poser; il ne peut s'imaginer comme elles sont inutilement longues quand il faut les plier au-dessous de soi pour creuser la terre avec les doigts, et comme elles sont ridiculement courtes lorsqu'on a besoin d'atteindre l'autre côté d'une plate-bande sans écraser un tapis de pyrèthres." (10/18 - p.52-53)

Et comment devient-on jardinier ?
"Un beau jour, il vous arrive de planter vous-même de votre propre main une fleur (dans mon cas, ce fut une joubarbe); au cours de l'opération, par quelque écorchure ou autrement, un peu de terre pénètre dans votre organisme et détermine une sorte d'inflammation ou d'intoxication; bref, vous devenez un jardinier fanatique." (10/18 - p.12)

Un joli almanach pour les amoureux des jardins... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

classiques

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge "J'aime les classiques" organisé par Marie L.: allez voir son récapitulatif chaque fin de mois, avec tous les articles des participants publiés dans le mois : Les Carabistouilles de Marie L.

Pour la petite histoire :
Karel Čapek est l'un des plus importants écrivains tchécoslovaque du XXe siècle, né le 9 janvier 1890 à Malé Svatoňovice, région de Hradec Králové (Bohême), mort à Prague le 25 décembre 1938. Le mot robot, qui apparait pour la première fois dans sa pièce de théâtre de science-fiction R. U. R. (Rossum's Universal Robots), a été inventé par son frère Josef.