shakespeare
Editions : GF-Flammarion (Bilingue) - Traduction : de l'anglais par Marcelle SIBON - Titre original : The taming of the shrew - Nombre de pages : 216

4ème de couverture :
PETRUCHIO
Good morrow, Kate... for that's your name, I hear.
KATHARINA
Well have you heard, but something hard of hearing;
They call me Katharine that do talk of me.
PETRUCHIO
You lie, in faith, for you are called plain Kate,
And bonny Kate, and sometimes Kate the curst :
But Kate, the prettiest Kate in Christendom,
Kate of Kate Hall, my super-dainty Kate,
...

PETRUCHIO
Bonjour, Cateau... car c'est là votre nom, ai-je entendu dire.
CATARINA
Vous n'êtes donc pas sourd.. mais vous avez l'oreille un peu dure. Ceux qui parlent de moi me nomment Catarina.
PETRUCHIO
Vous mentez, ma parole ! Car on vous nomme Cateau tout court, ou la jolie Cateau, ou bien parfois Cateau-la-harpie : mais Cateau, la plus ravissante Cateau de la chrétienté, Cateau du Château-Gâteau, Cateau ma super-friande, car tout gâteau est friandise, donc, Cateau, écoute un peu, Cateau de ma consolation, ce que j'ai à te dire ; ayant entendu, dans toutes les villes que je traversais, louer ta douceur, célébrer tes vertus et proclamer ta beauté, bien moins cependant qu'elles ne le méritent, je me suis senti porté à te rechercher pour épouse.
CATARINA
Porté ! voyez-vous cela... Eh bien, que celui qui vous porta vous remporte.

Mon résumé :
Christopher Sly, canaille pauvre et ivrogne, est chassé sans ménagement d'un cabaret. Complètement soûl, il s'endort sur place. Peu de temps après, il est trouvé par un Lord qui décide de lui jouer une farce : paré de beaux atours et doté de serviteurs à sa disposition, Christopher Sly se réveille dans un lit somptueux, il se croit alors en plein rêve mais on lui assure qu'il est un riche gentilhomme. Pour faire durer la plaisanterie, le Lord décide de le divertir en lui faisant assister à une comédie : la pièce commence...
Baptista, vieil aristocrate de Padoue a deux filles : Catarina, au caractère revêche et faisant fuir tout prétendant éventuel et la douce Bianca que convoitent bien des gentilshommes dont Hortensio et Gremio. Lorsque le jeune seigneur Lucentio débarque de Pise, il en tombe immédiatement amoureux et décide de la conquérir. Mais, pour cela, il faut d'abord que Catarina trouve un prétendant mais qui voudrait d'une jeune fille au caractère aussi épouvantable ? C'est alors que Petruchio se présente au père des deux jeunes filles et déclare vouloir épouser Catarina...

Mon avis :
Voilà une comédie de Shakespeare que j'étais persuadée avoir déjà lue et c'est pour cela que j'avais décidé de la "relire" en version bilingue. Mais, force m'a été de constater que d'une part j'étais bien incapable de lire du Shakespeare en version originale et que, d'autre part, je n'avais jamais lu cette pièce !
Je n'ai donc regardé que les pages de droite et j'ai découvert une comédie assez plaisante !! Les scènes entre Petruchio et Catarina sont assez drôles même si je n'ai pu m'empêcher de la plaindre : les caprices extravagants et bizarres de Petruchio rendant parfois bien malheureuse la pauvre Catarina ! J'en suis même venue à oublier que la mégère, c'est elle !!
Le reste de la pièce est assez classique : un gentilhomme qui se fait passer pour un autre pour approcher et conquérir la belle (en trompant le père par la même occasion), des quiproquos liés aux multiples usurpations d'identité et l'arrivée du personnage qui met tous les stratagèmes à terre !! J'ai aussi beaucoup aimé la fin : la douce Bianca pas si douce et la mégère... apprivoisée !
Par contre, il y a une chose que j'aurais aimé savoir c'est ce que devient Christopher Sly ! La comédie finie, je m'attendais vraiment à un retour aux personnages du prologue mais, non, rien, silence complet et je me demande encore si la pièce a plu au dindon de la farce !!! ;-)

Morceau choisi :
"TRANIO. Et moi, je suis celui qui aime Bianca plus que les mots ne peuvent l'exprimer, plus que vos pensées ne peuvent le concevoir.
GREMIO. Blanc-bec, tu ne saurais aimer aussi tendrement que moi.

TRANIO. Barbon, ton amour glace.
GREMIO. Mais le tien grille. Arrière, jeune étourdi. C'est le fruit mûr qui nourrit.
TRANIO. Baste ! Aux yeux d'une belle, c'est la jeunesse qui fleurit."
(GF-Flammarion  - p.103)

A découvrir... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

Ce livre a été lu dans le cadre de 2 challenges :

classiques"J'aime les classiques" organisé par Marie L.
Allez voir son récapitulatif chaque fin de mois, avec tous les articles des participants publiés dans le mois : Les Carabistouilles de Marie L.

Tous_theatre


"Tous au théâtre" organisé par Leiloona