Izner_002
Editions : 10/18 - Nombre de pages : 302

4ème de couverture :
Victor Legris, libraire et enquêteur dans le Paris du XIXe.

Paris, 1890. Quelle n'est pas la surprise de Victor Legris de voir débarquer Denise Le Louarn, la gouvernante de son ancienne maîtresse, Odette de Valois, dans sa librairie de la rue des Saints-Pères ! La jeune femme est visiblement bouleversée. Elle lui apprend qu'Odette, devenue depuis peu adepte de ce spiritisme tant en vogue, a disparu à la suite d'un étrange rendez-vous au cimetière du Père-Lachaise. D'abord sceptique, Victor ne peut s'empêcher de s'interroger et le voilà donc lancé sur la piste de son ancienne maîtresse... À sa suite, on découvre ce Paris où l'on entendait encore le bruit des sabots sur les pavés de bois et les cris des petits métiers, où les hommes portaient le haut-de-forme, les femmes le corset et où le crime poussait à chaque coin de rue... Mystères, mystères !

Mon avis :
Après Mystère rue des Saints-Pères, j'ai retrouvé avec grand plaisir les personnages de cette série policière historique très sympathique ! Avec une enquête simple mais bien menée et une très belle plongée dans le Paris de la fin du XIXe siècle, j'ai passé un excellent moment de lecture : une lecture idéale pour les vacances ! 
Pour résoudre ce nouveau mystère, nous retrouvons le libraire Victor Legris qui, à la suite de la visite pour le moins insolite de Denise, la gouvernante de son ex-maîtresse, se lance à la recherche d'Odette de Valois. Cette dernière a en effet disparu dans un cimetière alors qu'elle rendait visite à son défunt mari disparu en Colombie mais avec lequel elle était persuadée communiquer par-delà la mort.... Etrange, n'est-ce pas ? D'abord sceptique, Victor sera vite convaincu que l'enquête est nécessaire lorsque Denise disparaît à son tour... Sur sa route, il rencontrera le père Moscou la Bravoure, personnage quelque peu dérangé et hanté par les batailles passées qui, par hasard, a découvert le cadavre d'Odette...
Pour l'aider mais surtout le surveiller, Tasha, la compagne du moment de Victor, demande à Joseph, le jeune commis de la librairie, de le suivre et de veiller sur lui mais Joseph aimerait bien enquêter aussi sur ce mystère, au péril de sa vie...

Un téléphone ? Mais à quoi cela peut-il servir ?
operatrice1890"Imaginez que vous désiriez parler à madame votre tante. En premier lieu, vous pressez vivement deux ou trois fois la sonnette, puis vous décrochez le récepteur, vous le porter à l'oreille et vous dites "allô" - c'est un mot anglais, ça veut dire bonjour. La téléphoniste vous répond "allô", vous lui donner alors le nom et l'adresse de l'abonné demandé. Je vous montre.
Il colla le récepteur à son oreille, marqua un temps de pause afin de juger de l'effet sur son auditoire.
- Allô... Oui, mademoiselle, je désire parler à Mme la Comtesse de Salignac qui demeure 22 rue du bac à Paris.
Il sourit à Valentine.
- Voilà, mademoiselle. Vous attendez l'arrivée de votre tante, le récepteur à l'oreille. Surtout, ne faite jamais jouer la sonnette au cours de la conversation, vous couperiez la ligne. Articuler distinctement, sans élever la voix, en tenant le combiné à trois ou quatre centimètre de votre bouche.
Il se tourna vers la comtesse.
- La conversation terminée, on raccroche et on presse la sonnette pour avertir la téléphoniste que la ligne est libre.
La comtesse de Salignac renifla avec mépris.
- Je ne vois pas l'avantage de posséder un tel instrument. Pour la conversation rien ne vaut un salon de thé ! je suis sûre qu'aucune personne sensée ne voudra s'encombrer de cet appareil."
(10/18 - p.61-62)

Une série légère et plaisante à découvrir ! ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30

D'autres avis : Miss Alfie et Lilibook.