sharma
Editions : Le Livre de Poche - Traduction : de l'anglais par Françoise DU SORBIER -
Titre original : The buffalo thief - Nombre de pages : 700

4ème de couverture :
Une merveilleuse saga de l’Inde d’aujourd’hui, brillant des mille feux de l’Inde éternelle.

Il était une fois, au bord du Gange, dans la petite ville de Mardpur, un modeste marchand de saris qui voulait marier ses filles jumelles… Le pauvre homme, n’ayant point de dot à offrir à sa progéniture, décida d’écrire un roman à succès. Non loin de chez lui vivait Amma, une riche veuve qui possédait une bufflonne dont le lait détenait, disait-on, des vertus miraculeuses. Peut-être même celle de stimuler l’imagination d’un écrivain en mal d’inspiration…
Yojana Sharma tisse son histoire avec la maestria d’une Schéhérazade des temps modernes. Malice, dérision, lyrisme : une fable éblouissante qui exhale les mille saveurs de l’Inde.

Mon avis :
Inde_buffle"La grand-mère de Deepa s'appelait Amma. Elle voyait beaucoup plus loin que le bout de son nez, et même plus loin que l'horizon lointain. Pourtant, la grand-mère de Deepa était aveugle et sortait rarement de la maison avec véranda que son gendre lui avait bâtie avant de disparaître le jour même où elle avait prévu sa mort." (Le Livre de Poche - p.9) Ainsi commence cette très belle histoire dans une Inde moderne, jalonnée de traditions ancestrales... Deepa n'a que six ans lorsqu'elle perd dans un accident tragique son père et sa petite soeur. Sa mère, par chagrin, par obligation ou par goût, on ne sait pas trop, travaille énormément et ne rentre pas tous les jours chez elle... jusqu'au jour où elle se remarie et confie la garde de sa fille Deepa à Amma. A Mardpur, la vie de Deepa se déroule paisiblement : l'école, sa meilleure amie Bharathi, Jhotta, leur bufflonne et sa grand-mère qui sait si bien raconter les histoires de sa jeunesse lorsqu'elle était accueillie dans les palais somptueux des rajs parce que son mari était un éminent rajguru brahmane et elle-même une accoucheuse renommée. On raconte d'ailleurs que de ses nombreuses visites aux princes et princesses, Amma a amassé un véritable trésor mais ce dernier semble avoir été bien caché... voire perdu ! On raconte aussi que des bhooths (fantômes) vivent dans la maison d'Amma et que cette dernière est même un peu sorcière mais Deepa n'a que faire de ces racontars et sait que sa grand-mère voit des tas de choses qui se produiront certainement et arrive même à lire dans l'esprit des gens...
Un jour, Raman, le père de Bharathi, se met en tête d'écrire un roman car il a besoin de beaucoup d'argent pour payer la dot de ses deux filles jumelles. Persuadé que le lait de la bufflonne d'Amma et Deepa lui donne de l'inspiration, il leur rend souvent visite et de leurs discussions, le roman prend forme...

J'ai vraiment pris plaisir à lire ce roman, idéal pour les vacances. Certes, l'histoire stagne quelque fois mais cela ne m'a pas gênée outre mesure, le ton quelque peu moqueur adopté par Yojana Sharma et rendant les situations parfois assez drôles rachetant largement le manque d'action.
Au-delà des personnages d'Amma et Deepa, on fait la connaissance de tas de personnages attachants : Raman, sa femme Kumud, ses deux frères qui, contrairement à Raman ont de l'argent et prospèrent dans le commerce des saris (l'un de ses frères, sans enfant, s'est même chargé de l'éducation des deux filles aînées de Raman), Satyanarayan, le prêtre brahmane intolérant et très attaché aux traditions et qui d'ailleurs estime que l'écriture (et la connaissance) est réservée à la caste des brahmanes et que rien de bon ne peut "sortir" d'un livre écrit par une caste inférieure... et d'autres personnages encore que je vous laisse découvrir...
Outre la diversité des caractères des différents personnages, on retrouve dans ce roman les thèmes récurrents aux romans qui mettent en scène des familles indiennes : le mariage (bien sûr !) avec la recherche de bons partis pour les filles, la difficulté de payer la dot, le poids de la religion et des traditions, l'ancrage du système de castes, les superstitions...

Bref, en résumé, ce livre nous présente un concentré d'Inde contemporaine mais, contrairement à beaucoup de romans fleuves indiens (Le Seigneur de Bombay de Vikram Chandra, L'équilibre du monde de Rohinton Mistry, Un garçon convenable de Vikram Seth, et bien d'autres...), Les jardins de Mardpur ne thésaurise aucunement sur l'Histoire contemporaine de ce pays : au contraire, c'est un conte, un récit émouvant, souvent drôle et parfois même irréaliste (comme le vol de Jhotta qui est assez incroyable...).

Morceau choisi :
"Le scooter trembla puis s'arrêta. Malgré tous ses efforts, Gulbachan ne parvint pas à le refaire démarrer.
"Enfin, nous ne sommes pas loin de Jecto, dit-il en poussant son engin. Nous irons à pied.
- Cela ne me dérange pas, dit Raman. Je circule toujours à pied.
- Heureusement que l'homme n'a pas oublié comment marcher après avoir inventé la bicyclette, le scooter, la voiture et l'autobus, dit Gulbachan. Quand on avance sur la route du progrès, il ne faut pas oublier son point de départ.""
(Le Livre de Poche - p.480)

A lire...  ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

D'autres avis : Agnès.