Gillian_Flynn__Lieux_SombresEditions : Sonatine - Traduction : de l'anglais (Etats-Unis) par Héloïse ESQUIE -
Titre original: Dark Places - Nombre de pages : 479

4ème de couverture :
Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs ont été assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de quinze ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte de revisiter pour la première fois les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n’aura pas d’autre choix, pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.
Bien loin des clichés et du manichéisme qui encombrent la plupart des thrillers contemporains, Gillian Flynn nous offre ici une intrigue d'une densité rare, des personnages complexes, tragiques, terriblement humains. Considérée dès son premier roman, Sur ma peau, comme l'une des voix les plus originales du thriller contemporain, elle confirme avec ce livre, où l'on retrouve son style intense et viscéral, son immense talent.

Mon avis :
"Les Day étaient un clan qu'aurait pu vivre longtemps
Mais la cervelle de Ben s'est détraquée salement
Le fiston avait soif du pouvoir de satan
Il a tué sa famille en un sombre moment

La petite Michelle il lui a serré le kiki
Debby c'est à la hache qu'il l'a raccourcie
Et Patty la maman, pour soigner sa sortie
L'a fait sauter sa tête d'un grand coup de fusil

Et la petite Libby elle a sauvé sa peau
Mais survivre au massacre c'est pas très rigolo." 
(Sonatine - p.9)
Dès le prélude du roman, le ton est donné : la vie de Libby Day n'a rien de drôle. Car, en effet, comme le dit la comptine, Libby a échappé au massacre de toute sa famille perpétré par son frère Ben le 3 janvier 1985 et elle a tout vu. Plus de vingt ans plus tard, Libby, sans travail, vit encore grâce à la générosité des personnes qui ont eu pitié d'elle; égocentrique, asociale, elle déprime dans sa maison sale qu'elle n'entretient guère... Mais, depuis quelques temps, les dons se raréfient et elle va devoir trouver un travail si elle veut continuer à remplir son frigo.
Pour garnir son portefeuille, elle accepte de rencontrer les membres d’un "Kill Club", une association particulière qui croît en l’innocence de son frère et dont les membres sont persuadés que Libby a menti lorsqu'elle a affirmé que c'était son frère qui avait tué toute sa famille; d'ailleurs, comment une enfant de 7 ans, traumatisée, pourrait être certaine de ce qu'elle a vu cette fatidique nuit de janvier ? Lyle Wirth, un membre influent de ce club, lui promet de l'argent si elle accepte de rencontrer les personnes qui ont été mêlées à ce drame : pour Libby, commence alors une plongée dans son passé...

J'ai beaucoup aimé ce roman policier dont l'intrigue, bien menée, est vraiment bluffante même si, la dernière page tournée, je me suis sentie un petit peu flouée alors même que je reconnais le coup de maître de l'auteur. Sans doute, les derniers thrillers que j'ai lus m'avaient habituée à plus de machiavélisme et de spectaculaire, ce qui explique ma déconvenue !!
Les personnages qui jalonnent le roman sont variés et très attachants, malgré leurs imperfections flagrantes : Patty Day, la mère de Libby, sacrifie tout pour ses enfants et n'espère qu'une seule chose : sauver sa ferme et s'assurer un revenu acceptable pour nourrir sa famille; Ben, son frère, adolescent secret qui se sent mal aimé et en devient mal aimable avec son entourage souhaite plus que tout quitter ce "trou" le plus vite possible; Michelle et Debby, ses soeurs ainées qui se chamaillent et s'épient à longueur de journée; Runner, son père, alcoolique, mais surtout absent et incapable d'amour désintéressé envers ses enfants; Diondra, la petite amie de Ben qui ne ressemble en rien à l'amoureuse dont rêve tout jeune homme mais qui a des atouts bien à elle pour garder son emprise sur Ben... et bien d'autres personnages qui, tous, ont joué un rôle lors de cette journée fatidique...
Au-delà des personnages et de l'intrigue, la construction du roman sert superbement le récit : chaque chapitre de la quête de Libby alterne avec un chapitre qui se déroule le 2 janvier 1985, nous permettant de suivre, heure par heure la journée précédent les meurtres, de quoi nous faire tourner les pages, espérant un indice... nous sommes scotchés, incapables de lâcher le livre !!!

Morceau choisi :
"En vérité, cependant, je n'étais pas fière de ma famille. Personne n'avait jamais aimé les Day. Mon père, Runner Day, était dingue, alcoolique et violent, sans flamboyance, un petit homme aux poings sournois. Ma mère avait eu quatre enfants dont elle ne parvenait pas à s'occuper correctement. Des gosses pauvres d'une ferme en faillite, puants et manipulateurs, se présentant à l'école dans le besoin : petit déjeuner sauté, chemises déchirées, morveux et enroués. Mes deux soeurs et moi avions été à l'origine d'au moins trois invasions de poux au cours de notre bref séjour à l'école primaire. Saletés de Day." (Sonatine - p.44-45)

A lire... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30

D'autres avis depuis chez BOB.