Ali_MonicaEditions : 10/18 - Traduction : de l'anglais par Isabelle MAILLET -
Titre original: Brick Lane - Nombre de pages : 571

4ème de couverture :
Lorsque Nazneen apprend son prochain mariage avec un homme qui vit en Angleterre et qu'elle n'a jamais vu, sa vie bascule. Elevée dans un village du Pakistan et dans le respect des traditions, elle sera désormais l'épouse dévouée d'un mari de vingt ans son aîné, sans charme et sans ambition. Exilée dans ce pays dont elle ne parle même pas la langue, elle se soumettra tout d'abord à ce destin qu'elle n'a pas choisi avant d'entrevoir peu à peu la lumière et, grâce à l'amitié et l'amour, de prendre enfin le contrôle de son existence. Nouvelle voix incontournable de l'Angleterre métissée, Monica Ali raconte, dans ce premier roman où l'humour affleure toujours sous le drame, l'histoire poignante d'un éveil à l'indépendance dans un monde où s'entrechoquent traditions et préjugés.

"Nous savons, quand nous refermons à regret ce livre si plein de vie, qu'un grand écrivain est né." Geneviève Brisac, Le Monde 2.

Bricklane4

Mon avis :
Voici un roman dont j'attendais beaucoup et, visiblement, beaucoup trop car, en effet, la lecture de ce roman n'a pas été à la hauteur de mes attentes et c'est donc très déçue que j'ai tourné la dernière page. Certes, je reconnais que de nombreux thèmes chers à mon coeur sont abordés dans ce roman et qu'il avait tout pour me plaire :
- le dépaysement dans une région du globe où j'aime m'évader en lecture (même si, là, en l'occurrence, l'histoire se déroule essentiellement en Angleterre; le point de départ, les nombreux souvenirs de Nazneen et surtout les lettres de sa soeur, nous font voyager dans leur Bangladesh natal - ex-Pakistan Oriental),
- la condition de la femme et surtout la force de caractère dont elle doit faire preuve lorsqu'elle est originaire d'un pays où toute la tradition transpire la domination masculine,
- et surtout la promesse d'un avenir meilleur grâce à l'amour et à l'amitié...
Mais tous ces ingrédients, bien que présents dans le roman, n'ont pas suffi à éveiller mon intérêt une fois les cent premières pages lues et c'est avec ennui que mon esprit s'est promené dans ce roman...

Bricklane2

Alors, comme de coutume, lorsqu'un livre a tout pour me plaire et qu'il ne me plait pas, se pose la question : pourquoi ?
Ai-je trop lu sur le sujet ? Non ! Définitivement non !
L'écriture de Monica Ali est-elle difficile, compliquée ou, au contraire, trop puérile ou encore sans âme ? Non ! Le style m'a plu, le livre se lit facilement, les descriptions sont riches en détails parfois même assez poétiques.
Non, mon ennui provient de l'apathie de Nazneen, personnage principal de cette histoire. Eh oui, j'avoue, j'aime les caractères bien trempés et, là, il me semble avoir passé ma lecture à attendre qu'elle se révolte un peu, qu'elle dise "Non" ou "Ce n'est pas juste"... Mais rien, Nazneen accepte sa vie et il faut attendre les trente dernières pages pour que la promesse de la quatrième de couverture se réalise (je sais pourtant bien que ces textes ne sont écrits que pour appâter le lecteur et qu'il ne faut jamais, ô grand jamais, les croire !!!). Alors, certes, je reconnais que j'exagère quelque peu et je peux même admettre que la révolte couvait depuis bien longtemps avant les trente dernières pages : lorsque son mari lui offre la machine à coudre par exemple et qu'elle commence à économiser pour envoyer de l'argent à sa soeur mais surtout rembourser cette usurière peu sympathique grâce à laquelle son mari a pu acheter la machine à coudre et un ordinateur (cette usurière se dit bonne musulmane alors qu'elle fait pourtant fi de l'interdiction religieuse de prêter à taux d'intérêt élevé !). Mais Nazneen est toujours si respectueuse, si lisse, si peu passionnée dans son discours, dans son attitude que, même si je sais que c'est le lot de beaucoup de femmes dans sa situation, je ne peux accepter qu'elle... accepte !!! Même lorsqu'elle trompe son mari, j'ai trouvé qu'elle le faisait plus avec respect (oui, respect !) et soumission que par réel plaisir (en tout cas au début) et révolte !!!

Bricklane1

Ainsi, mon avis sur ce livre est assez négatif (vous l'aurez remarqué !) mais je dois tout de même dire que j'ai trouvé le personnage de Razia, la soeur peu conventionnelle de Nazneen restée au pays, très intéressant et j'attendais, tout comme Nazneen, la réception de ses lettres avec grande impatience... Ces lettres nous permettent d'entrevoir que le Bangladesh est un pays rude pour les femmes qui souhaitent leur indépendance, que la vie est loin d'y être facile, que les expatriés occidentaux y sont bien souvent à côté de la plaque : en cela, le livre est très intéressant.
Par ailleurs, je trouve que Monica Ali a été inspirée de donner à Chanu un caractère gentil : cela aurait été si facile d'en faire un homme violent et c'est aussi pour cela qu'il est si difficile pour Nazneen de se révolter : son mari est moche, a 20 ans de plus qu'elle mais il est gentil et assez attentionné donc... pourquoi se plaindre après tout ?

Morceau choisi (qui résume assez bien la philosophie de Nazneen) :
"Nous ne devons pas influencer le cours du Destin. Quoi qu'il arrive, je l'accepte. Mon enfant ne gaspillera pas son énergie à lutter contre le Destin. De cette façon, elle deviendra plus forte." (10/18 - p.14)

Une grosse déception pour moi mais une lecture qui demeure intéressante pour qui s'attache à découvrir la culture du "sous-continent" indien et la condition des émigrés originaires de ces pays... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

D'autres avis (dont certains bien plus enthousiastes que le mien !!) : Agnès et  de nombreux depuis BOB.

rendez_vous_a_brick_lane_2Un petit mot sur le film ?

Réalisatrice : Sarah Gavron
Avec : Tannishtha Chatterjee, Satish Kaushik, Christopher Simpson
Titre original : Brick Lane
Durée : 01 h 37 min
Année de production : 2007

Pour moi, le film est exactement à l'image du livre : tout y est hormis l'histoire de la soeur de Nazneen mais cela aurait été assez difficile, je pense, de l'intégrer au film.  Aussi, j'ai donc un avis assez positif sur cette adaptation car je l'ai vue juste après avoir lu le livre et je n'avais donc plus d'attente démesurée vis-à-vis de l'histoire. La simplicité et l'acceptation de Nazneen sont beaucoup plus flagrantes dans le film mais il sonne juste.

Au final, je vous recommande la séance de cinéma plutôt que les heures de lecture... ;-) Les photos qui illustrent cet article sont d'ailleurs tirées du film...
Je vous laisse en compagnie de la bande annonce :