Gunzig_10000Editions : Au diable vauvert - Nombre de pages : 241
Illustrations : Blanquet

4ème de couverture :
Cinq étudiants partent en week-end dans un chalet perdu au bord d'un lac pour se détendre après leurs examens. A la nuit tombée, ils aperçoivent une ombre qui observe en lisière de la forêt. Le cauchemar va commencer...

Dans la plus parfaite tradition des slashers, Thomas Gunzig rend un hommage plein d'humour à une sous-culture pour lui fondatrice, dans un roman codé où tout est référence, du plus surréaliste au plus gore.

Mon avis :
L'histoire ? On ne peut plus classique : cinq jeunes (le riche qui ne pense qu'à se doper et à se faire sa copine, la bimbo qui ne pense pas, le benêt frustré qui fournit la maison, l'intello et le prince charmant) s'embarquent pour un week-end d'éclate dans une maison isolée au bord d'un lac (tiens, cela me rappelle quelque chose...)! Mais ce petit week-end tourne vite au cauchemar grâce à Ed et Tina, les voisins complètement barjos, qui doivent nourrir leurs "animaux de compagnie" ! Et, bien entendu, comme il se doit, lorsqu'il devient nécessaire d'appeler les secours, aucun téléphone n'est à portée de main, la voiture ne démarre plus et la première habitation est à plusieurs kilomètres...

Vous aimez les slashers ? le gore ? le surréalisme disjoncté ? le complètement délirant ? la caricature ? les illustrations sanguinolentes sans dessus ni dessous ? Oui ? Alors, si, en plus, vous avez 3 heures (montre en main mais je ne lis pas très vite) devant vous, pas de doute : ce livre est pour vous !! Et il n'était pas fait pour moi !!! Car, en effet, si je reconnais que ce livre est assez drôle tant la caricature est poussée à l'extrême et les situations rocambolesques (bien sûr, comme tout le monde le sait, lorsqu'on a peur et que l'on est en danger, il vaut mieux se séparer !!!), je ne suis pas du tout amatrice du genre... Tant pis pour moi ! ;-)

Morceau choisi : (un "chat" bien sympathique qui donne le ton de ce qui va suivre...)
"Mais ce n'est pas n'importe quel chat, je connais son pedigree depuis sept générations. Il y a vingt ans de ça, j'avais reçu un petit chaton vraiment méchant, c'est rare de voir ça. Il était agressif, il attaquait tout ce qui bougeait, il ramenait chaque jour des oiseaux et des rats... Alors j'ai eu l'idée de créer une race... J'ai fait passer une annonce, "cherche chat méchant", et je l'ai accouplé au pire qu'on m'a amené. Des petits que ça a donnés, j'ai gardé celui qui avait l'air d'être le plus psychopathe et je l'ai nourri rien qu'avec de la viande crue et du sang de vache... Et j'ai fait ça pendant vingt ans... Maintenant, j'ai une nouvelle race... Je peux vous garantir que c'est une bestiole tellement vicieuse, tellement méchante et tellement increvable qui si je le lâchais dans la nature, ce serait une sorte de super-prédateur..." (Au diable vauvert - p.33)

Pour les amateurs du genre... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

Un autre avis plus positif, celui de Cachou.

Un grand merci à Ys, Manu et Cynthia en souvenir d'un week-end mémorable et à qui je dois cette lecture pour le moins... différente ! ;-)