Delahunt
Éditions : Métailié - Traduction : de l'anglais par Céline SCHWALLER -
Titre original: The red book - Nombre de pages : 281

4ème de couverture :
Trois personnages se croisent en Inde. Françoise, une photographe australienne, est venue à Bhopal dans le cadre d’une recherche sur les suites du drame de cette ville où, vingt ans plus tôt, une fuite de gaz toxique dans l’usine Union Carbide a tué des milliers de gens. Ils se sont croisés sans se connaître des années auparavant, il y a Naga, un réfugié tibétain dont la famille est morte dans la catastrophe et Arkay, un voyageur écossais qui a trouvé un refuge dans le bouddhisme. Ils étaient tous les trois pleins de promesses et d’espoirs. Françoise rassemble des photographies de leurs vies dans ce Livre rouge. Ces photos racontent leurs histoires d’amour, de lutte et de transformation – elles révèlent les gens qu'ils ont été et ce qu'ils vont devenir, les vies qui s’entrelacent et se séparent.
Écrit dans une langue colorée, imaginative et évocatrice, c’est une méditation sur les relations entre l’Orient et l’Occident, la fascination qu'exercent sur les étrangers l’Inde et sa complexité, un regard aigu sur la responsabilité individuelle et collective et les manières d’être dans le monde.

Marji_Lang__7_

Mon avis :
"Elle choisit les photographies, les dispose dans un album et les relie à l'aide d'un tissu rouge. Les photos parlent de l'Inde, de différentes personnes et de différents endroits; elles couvrent plusieurs continents et plusieurs périodes. Toucher un album, c'est les remettre en mouvement; tourner les pages, c'est une histoire qui s'écrit." (Métailié - p.11)
Françoise est une photographe d'origine australienne. Un jour, dans un journal, elle découvre une photo de Raghu Rai prise juste après la catastrophe de Bhopal : cette photo la marque. Vingt ans plus tard, elle part en Inde prendre ses propres photos et aider à la réalisation d'un projet international pour les familles sinistrées... "Il m'a montré la photographie d'un enfant mort. Un enfant inconnu à Bhopal. [...] C'est à ce moment-là que j'ai compris qu'une image avait le pouvoir de raconter une histoire. D'évoquer ce qui n'est pas là. D'émouvoir les gens. Et j'ai compris que c'était ce que je voulais faire." (Métailié - p.88)
Naga est domestique pour une famille Sikh à Delhi. D'origine tibétaine, sa famille a trouvé refuge en Inde pour échapper aux Chinois. Lorsqu'il apprend la catastrophe de la Carbide, il décide de rejoindre le reste de sa famille qui avait élu domicile tout près de l'usine chimique. "Aucun étranger ne demandait jamais comment nous parvenions à porter de telles charges en franchissant les mêmes crevasses et les mêmes épreuves qu'eux dans les montagnes, mais sans équipement. Aucun étranger ne demandait jamais si nous avions faim ou froid ou si nous étions trop maigres. Ces gens retournaient à leurs tables chargées de nourriture et de vins pour raconter des histoires de terreur, de beauté et de triomphe; comment ils avaient été mis à l'épreuve, dans leurs muscles et dans leurs fibres, comment leurs poumons abandonnaient à une certaine altitude. A quel point les porteurs étaient incroyables, escaladant les pics comme des bouquetins. "C'est dans le sang", disaient-ils." (Métailié - p.78)
Arkay est Écossais. Se sentant à l'étroit dans son village natal, il parcourt le monde, Australie, Istanbul, Grèce, avant de s'établir en Inde où un il apprend à lutter contre son alcoolisme tout en s'ouvrant à la sagesse bouddhique. "A dix-sept ans, j'étais capable de boire vingt pintes et d'aller courir le lendemain matin. Voilà ce que signifiait être un homme au village. Mais j'avais quitté le village, et en Inde j'ai arrêté de boire. En vérité, pourtant, l'alcool attendait que je dérape. Attendait de me reprendre. Bois, mon petit pote." (Métailié - p.66)
A priori, rien ne prédispose ces trois personnages à se rencontrer, et pourtant... Françoise rassemble les photographies de leurs souvenirs...

Marji_Lang__4_

Inde et photographie, il ne m'en a pas fallu plus pour m'attirer et je suis réellement ravie d'avoir succombé à la tentation car ce livre est un vrai coup de poing !

Tout d'abord, un mot sur la construction du roman. L'auteur entrecroise avec brio les narrations des trois personnages, chaque protagoniste nous livrant ainsi tour à tour un pan de sa vie. Ce découpage entretient le suspense sur le destin des différents personnages et donne un certain rythme au roman. Le récit en est-il pour autant décousu ? Absolument pas ! Tout se met en place petit à petit et on n'est jamais perdu dans l'histoire. De plus, et c'est ce petit plus que je trouve assez génial, chaque chapitre (ou presque) est introduit par la description d'une photo choisie pour le Livre rouge, comme un petit résumé "en image" de ce qui va suivre, une mise en bouche en quelque sorte...

Concernant l'histoire et les thèmes abordés, ce roman est, pour moi, bien plus qu'un énième livre sur l'Inde et la fascination que ce pays exerce sur les Occidentaux. Certes, on ne peut ignorer les images, les couleurs, les paradoxes, le peuple indien : aucun doute, l'Inde dans toute sa complexité est bien présente et au coeur de ce roman ne serait-ce que par le récit très coloré de la visite du Rajasthan par Françoise. Mais ce roman va bien au-delà du voyage touristique en évoquant une des plus grande catastrophe subie par cette nation : l'explosion d'une usine de pesticides à Bhopal en décembre 1984. Cette explosion a provoqué la mort de plusieurs milliers de personnes et les populations locales sont encore, vingt ans plus tard, malades et infectées par les émanations de gaz de l'époque. Sans aucun voyeurisme ni jugement, Meaghan Delahunt nous explique les conséquences de cette explosion sur la population locale et nous ne pouvons qu'être scandalisés lorsqu'on apprend que les indemnités, lorsqu'elles sont versées, le sont au compte goutte et que les victimes doivent bien souvent s'endetter pour se soigner !

Marji_Lang__6_

Morceau choisi :
"Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours entendu les couleurs et vu les sons." (Métailié - p.58)

A lire ! ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

D'autres avis : Aifelle, Soukee, Cathulu, Keisha et Dominique.

Les photos qui illustrent cet avis sont de Marji Lang, photographe passionnée par l'Inde. Ici et , deux interviews pour découvrir cette photographe.