TearneÉditions : Albin Michel - Traduction : de l'anglais (Sri Lanka) par Dominique VITALYOS -
Titre original: Brixton Beach - Nombre de pages: 506

4ème de couverture :
Alice n’a jamais oublié le sable blanc de Brixton Beach, à Ceylan, où elle a passé son enfance dans l’ombre de Bee, son grand-père adoré, peintre talentueux et taciturne. C’était avant que la guerre civile éclate et ravage le futur Sri Lanka. Depuis, Alice, de mère cinghalaise et de père tamoul, a quitté son «paradis marin» pour fuir en Grande-Bretagne avec ses parents. Dans un paysage froid et hostile, la jeune fille sensible et rêveuse tente de se reconstruire et fait de l’art le support de ses passions et l’horizon de son bonheur. Un bonheur que la rencontre avec Simon comble de manière inespérée. Jusqu’à ce matin de juillet 2005, où la violence croise à nouveau son chemin…
Peuplé d’images saisissantes, porté par une langue poétique, le roman de l’écrivain d’origine sri-lankaise Roma Tearne, best-seller en Grande-Bretagne, est une très belle réflexion sur l’exil, mais aussi sur l’amour et sur la créativité, refuge contre la brutalité du monde.

Mon résumé :
Sri_Lanka7 juillet 2005, Londres. Quatre explosions d'origine terroriste ravagent les transports londoniens faisant 56 morts et des centaines de blessés. Simon est inquiet : où est Alice ?

"Seuls les enfants en sont capables. Dans leur ignorance du temps qui passe, ils sont les seuls à pouvoir faire preuve d'une telle confiance. C'est leur chance à eux, de vivre sans se poser de questions, en accumulant des souvenirs pour le jour lointain où l'âge mûr leur permettra de revenir sur le passé. Le temps, bien sûr, fera oeuvre de changement. Il les façonnera, il les déformera; il leur mentira et les embrouillera à force d'incohérences. Durant ce bref interlude, avant que la porte basse de l'enfance se referme en claquant derrière eux pour toujours, les enfants suspendus entre rêve et veille peuvent néanmoins, avec un peu de chance, faire l'expérience du bonheur intégral." (Albin Michel - p.23)
Sri Lanka, 1973. Alice Fonseka a neuf ans, elle est insouciante, comme tous les enfants de son âge et n'imagine pas une autre vie que la sienne. Entre son père Stanley d'origine Tamoul, sa mère Sita d'origine Cinghalaise et son grand-père maternel Bee, la vie s'écoule paisiblement... Mais la révolte gronde. En effet, depuis la fin de la seconde guerre mondiale le nationalisme cinghalais gagne du terrain et, en 1972, le gouvernement cinghalais réglemente l'admission des Tamouls à l'université et aux postes à responsabilité : la vie des Tamouls devient de plus en plus difficile. Que faut-il faire ? Choisir la voie de la révolte ? Fuir son pays ? Stanley choisit d'aller tenter sa chance à Londres, espérant une vie meilleure pour sa famille et lui-même. Mais quel déchirement pour Alice ! Outre le fait de devoir laisser son grand-père qu'elle adore et qui lui a appris à "voir" la vie, ses amis, elle doit aussi et surtout abandonner un pays qu'elle aime et qui est gravé dans son coeur. Dès lors, rien d'étonnant à ce que Londres lui paraisse froid, laid et insipide !

Mon avis :
Mon avis sur ce livre est en réalité assez mitigé.

J'ai en effet beaucoup apprécié l'écriture de Roma Tearne, à la fois poétique, très imagée et en même temps très détaillée sans jamais être indigeste.
De même, les thèmes traités ne manquent pas d'intérêt et sont abordés avec beaucoup de finesse, sans aucun jugement ni caricature : la guerre civile au Sri Lanka ayant opposé Tamouls et Cinghalais, les difficultés liées à l'immigration, la nécessité de se construire une nouvelle identité dans un pays inconnu et dont non seulement les coutumes mais également les valeurs ne sont pas les siennes... En cela, le roman est assez captivant.

En revanche, la trame du récit et la construction du roman m'ont complètement déçue et parfois même ennuyée. En effet, le premier chapitre commence très fort émotionnellement avec les attentats terroristes de Londres en 2005, nous sommes plongés en plein drame avec une question terrible : où est Alice et que lui est-il arrivé ? Puis, sans aucune transition, nous basculons dès le deuxième chapitre en 1973, dans la vie tranquille d'une petite fille. Tout est calme, nous suivons la vie d'Alice aux côtés de son grand-père dans un village en bord de mer au Sri Lanka...
Puis, les difficultés ethniques du pays s'intensifient, la guerre civile est proche, un drame terrible touche la famille et la décision est prise d'émigrer : l'émotion est bien là, mais je ne l'ai pas ressentie avec la même intensité et le contraste avec les premières pages m'a paru assez frappant. Ceci dit, la partie au Sri Lanka est tout de même assez plaisante et intéressante à lire.
Mais, dès que l'intrigue a basculé à Londres, il m'a été impossible de m'intéresser vraiment aux personnages ! Aurais-je trop lu de livres sur les difficultés liées à l'immigration ? La question se pose car ces chapitres ne m'ont pas vraiment transportée !! Ce n'est qu'en arrivant aux derniers chapitres que mon intérêt est remonté : j'allais enfin savoir ce qui était arrivé à Alice ! ;-)

Morceau choisi :
"Quitter son pays, c'est terrible, Alice. Ton pays, c'est une partie de toi-même. Il vit sous ta peau, dans tes yeux, tes cheveux, partout. Tu es Ceylan, tu comprends. Et chaque fois que quelqu'un s'en va d'ici, c'est un peu de Ceylan qui s'en va avec lui et qui est perdu à jamais. Si un trop grand nombre de gens partent, Ceylan deviendra un endroit complètement différent." (Albin Michel - p.169-170)

Pourquoi ne pas tenter l'aventure de cette lecture ? ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

D'autres avis (beaucoup plus enthousiastes que le mien) : Anna et Tamara.

D'autres romans sur le même thème :
Drôle de garçon de Shyam Selvadurai.
Le sari rouge de Vasugi V. Ganeshananthan.