SimmonsÉditions : Folio SF -
Traductions : de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel BREQUE -
Nombre de pages: 360

4ème de couverture :
Une virée dans le Vietnam reconstitué, vaste parc d'attractions où de riches touristes jouent et rejouent la guerre.
L'Enfer tel que l'a imaginé Dante débarque sur Terre, mais uniquement pour les télévangélistes et leurs ouailles.
Grâce aux Résurrectionnistes, la Mort est enfin vaincue : leur technologie de pointe ramène à la vie vos chers disparus... jusqu'à un certain point.
Le cancer vous fait peur ? Attendez de savoir à qui profitent les métastases pour avoir vraiment peur...
Voici quelques-uns des douze voyages au bout de l'Enfer auxquels vous convie Dan Simmons - quelques pièces maîtresses, aux frontières du fantastique, posées sur l'échiquier de sa création.

Mon avis :
Il y a quelques années, les romans de Dan Simmons et moi avons entretenu une relation passionnée et quasiment exclusive de quelques mois. J'ai découvert cet auteur avec Le chant de Kali, dont je connais par coeur le début (ou presque) et qui m'avait à la fois horrifiée (la fin a terrifié la mère que je suis) et totalement séduite. J'avais enchaîné presque aussitôt la dernière page tournée avec L'échiquier du mal : un chef d'oeuvre (le premier tome surtout) ! Puis je m'étais attaquée à ses énormes Space Opera : Ilium, Olympos, Hyperion 1&2 pour m'arrêter brusquement là, quelque peu lassée peut-être mais surtout alléchée par d'autres auteurs, me promettant de revenir très très vite à cet auteur, ne serait-ce que pour finir la série Les Cantos d’Hypérion... Mais les mois, les années ont passé, me faisant oublier cet auteur jusqu'à ce que je tombe sur ce petit recueil de nouvelles oublié dans ma PAL... Et, c'est donc avec un peu d'appréhension que j'ai ouvert ce livre : et si la magie n'opérait plus ?
Mais le charme a à nouveau opéré et j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ces nouvelles... Certes, comme pour tout recueil de nouvelles, j'ai trouvé certains récits moins passionnants que d'autres mais, dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec ces histoires futuristes qui nous livrent un avenir effrayant, parfois extravagant, mais souvent très intéressant ! Les personnages sont atypiques, souvent perdus dans leurs souvenirs ou en proie à leurs contradictions, mais toujours attachants.
C'est sûr :je me promets de poursuivre la série des Cantos d’Hypérion un jour !

Quelques mots sur les nouvelles qui m'ont le plus marquée...

Styx_DoreDans Le Styx coule à l'envers, un jeune garçon perd sa mère mais son père n'accepte pas sa mort et fait appel aux Résurrectionnistes pour la faire revivre... mais à quel prix? Sa femme n'est plus que l'ombre muette d'elle-même : cela en valait-il vraiment la peine?
"Maman ne clignaient jamais des yeux. D'abord, je ne m'en suis pas aperçu; mais j'ai commencé à me sentir mal à l'aise quand je m'en suis avisé. Je ne l'en aimais pas moins pour autant." (Folio SF - p.31)

Dans Passeport pour Vietnamland, la guerre du Vietnam se rejoue chaque jour dans un parc d'attractions pour touristes ! Entre les enfants ravis d'admirer les gros fusils et les adultes qui participent à des massacres où les robots-Viets sont troublants de réalisme, comment ne pas devenir fou ? Le monde est devenu malsain : bienvenus à Absurdeland !

Dans Métastases, un jeune homme voit les limaces du cancer détruire peu à peu son entourage... Au risque de perdre sa santé mentale, il décide de mener une guerre sans merci à ces vampires du cancer... Une nouvelle qui fait froid dans le dos !
"Le jour où la soeur de Louis Steig l'appela pour lui apprendre que leur mère avait été prise d'un malaise, admise à l'Hôpital général de Denver et déclarée atteinte d'un cancer, il bondit au volent de sa Camaro, fonça vers Denver en quatrième vitesse, dérapa sur une plaque de verglas au niveau de l'échangeur de Boulder, effectua sept tonneaux consécutifs et se retrouva dans le coma, victime d'une fracture du crâne et d'une commotion cérébrale. Il demeura inconscient pendant neuf jours. A son réveil, il apprit qu'une minuscule esquille avait pénétré dans le lobe frontal de son cerveau. Il resta hospitalisé dix-huit jours de plus - rageant de ne pas être dans le même hôpital que sa mère - et lorsqu'on le laissa sortir, il souffrait d'une migraine plus atroce que tout ce qu'il avait pu imaginer, sa vision était brouillée, il y avait de grandes chances pour que son cerveau ait souffert de dommages irréparables, et sa soeur venait de lui apprendre que le cancer de leur mère était inguérissable et en phase terminale.
Le pire était encore à venir.
(Folio SF - p.103)

Dans Mémoires privées de la pandémie, Dan Simmons invente un futur dans lequel les vices des hommes sont connus de tous ! Ainsi, tous les stigmates, distorsions osseuses, pustules, verrues, cornes et autres sarcomes présents sur le visage indiquent de façon irréfutable vos penchants les plus marquants : arrogance, luxure, infidélité, bêtise, cupidité, ambition... Comment vivre dans un monde où les illusions sont impossibles et où les parents ne peuvent plus fermer les yeux sur les faiblesses de leurs enfants ?

A découvrir... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30