Michael_StanleyÉditions : Points - Traduction : de l'anglais (Afrique du Sud) par Nicolas THIBERVILLE -
Titre original : A Carrion Death - Nombre de pages : 605

4ème de couverture :
Un cadavre à moitié dévoré est découvert en plein désert du Kalahari, au Botswana. Diffi­cile de croire à un promeneur égaré : quel­qu'un a pris le temps d'arracher les dents de la victime en attendant que les hyènes finis­sent le travail. L'inspecteur David Bengu, surnommé Kubu, un flic aussi obèse qu'astu­cieux, amateur de vin et d'opéra, se retrouve confronté à un trafic sanglant de diamants...

"Les deux hommes restèrent un instant silencieux, les yeux rivés sur ce que la hyène était occupée à manger."

Michael Stanley et le nom de plume de Michael Sears et de Stanley Trollip, tous deux natifs de Johannesburg et professeurs à l'université. Un festin de hyènes et leur premier roman.

HyeneMon avis :
"La hyène avait déguerpi en entendant les cris des deux hommes. A présent postée à une cinquantaine de mètres, elle les observait, tête basse entre les épaules puissantes, prudente mais nullement effrayée, attendant l'opportunité de pouvoir regagner du terrain. Les deux hommes restèrent un instant silencieux, les yeux rivés sur ce que la hyène était occupée à manger." (Points - p.15)
Nouveau voyage livresque au Botswana, cette fois-ci avec deux auteurs sud-africains Michael Sears et Stanley Trollip qui, avec ce roman, nous entraînent dans un pays aux paysages magnifiques et variés, où les animaux sauvages disposent d'un programme de sauvegarde garantissant leur survie et leur diversité (même si, il est vrai, ces programmes font surtout profiter les touristes et sont très beaux sur papier...), où les mines de diamants font de l'économie du pays une des plus prospères d'Afrique noire (le Botswana étant le troisième producteur mondial de diamants) et où les hommes, comme partout ailleurs, en arrivent à tuer pour satisfaire leurs intérêts personnels...

L'histoire débute par la découverte macabre du cadavre d'un homme blanc à moitié dévoré par les hyènes. Aucun indice ne permet de remonter jusqu'à l'identité du mort : est-ce un touriste qui se serait égaré en plein désert du Kalahari, royaume des animaux sauvages ? Serait-ce ce géologue disparu depuis quelques jours de la mine de diamants pour laquelle il travaille après avoir découvert une bien étrange affaire ? Serait-ce cet allemand qui semble avoir pris très à coeur la cause des Bushmen ? David Bengu, surnommé "Kubu" (qui signifie hippopotame) est chargé de l'enquête.

GonolekUn festin de hyènes est un roman policier dont l'intrigue est très bien menée où les histoires s'emmêlent, les mobiles s'accumulent mais les coupables demeurent insaisissables.
Personnellement, je n'aime pas trop en savoir plus que la police lorsque je lis un roman policier, j'aime avancer au même rythme que l'enquêteur, aussi, le fait que les chapitres de l'enquête alternent avec le récit d'autres personnages qui en savent un peu plus que le détective n'était pas fait pour me plaire mais, au final, ils n'en dévoilent pas trop et même si j'avais deviné bien avant l'inspecteur Bengu, la lecture de ce roman a été une très belle aventure !
Les personnages qui gravitent autour de cette enquête sont tous très intéressants : Kubu avec ses capacités de déduction et d'observation qui l'amènent petit à petit à comprendre le fin mot de l'histoire, son chef Jacob Mabaku qui semble un peu rude au premier abord mais se révèle bien plus complexe qu'il n'y parait, Bongani Sibisi, docteur en écologie qui semble être la proie d'un sorcier mais qui, grâce à son sens de l'observation, fera avancer l'enquête, Ian McGregor, le médecin légiste écossais né avec un verre de whisky dans la main mais fin psychologue, Johannes "Bakkies" (pick-up) Swanepoel, un policier Sud-Africain, qui partage avec Kubu un surnom basé sur son physique corpulent... et tant d'autres qu'il est bon de découvrir par soi-même à la lecture...
De même, la toile de fond de ce très bon polar est également très enrichissante et nous entraîne tour à tour en plein désert du Kalahari, dans une mine de diamants, au coeur des conflits de succession d'une grande compagnie botswanienne en passant par Knysna, l'une des perles touristiques de la côte sud-africaine... de quoi voyager et apprendre depuis son canapé... ;-)

hippo_002

Morceau choisi :
"- Tu t'appelles David ? s'était exclamé Angus d'un air incrédule. David Bengu ? Ca ne te va pas. Tu n'as rien de David. Ni même de Goliath ! Non, toi, tu es Kubu (hippopotame). Un bon gros Kubu tout gentil ! " (Points - p.111)

Dépaysement garanti et excellent moment de lecture avec ce polar rondement mené... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

DiamantsLe saviez-vous ?

Le processus de Kimberley est un régime international de certification des diamants bruts en vigueur depuis 2003 dont l'objectif premier est d'éviter de négocier sur le marché mondial l'achat des "diamants du sang" ou "diamants des conflits" (diamants extraits de mines tenues par des mouvements rebelles ou les seigneurs de la guerre dans le but de financer leurs activités militaires).
Depuis 2007 le processus compte 48 signataires (dont l'union européenne) représentant 74 pays. (Source : Wikipedia)