Lectures_vacancesL'été est, très souvent, pour moi, l'occasion de me plonger dans des romans policiers : sur la plage, sur une chaise longue dans le jardin ou encore blottie à l'intérieur alors que l'orage fait rage ou que la chaleur est étouffante, tout me va pour partir à la chasse au meurtrier en compagnie du détective du jour... Bien entendu, je ne suis pas toujours suffisamment assidue pour découvrir le fin mot de l'histoire en même temps que le génialissime inspecteur mais, bon, dans l'ensemble, je suis une élève assez disciplinée et régulière... D'ailleurs, assidue est le bon mot car vous retrouverez la suite de séries déjà largement présentées dans ces pages...

 

Izner_leopardClaude Izner - Le léopard des Batignolles

Éditions : 10/18
Nombre de pages : 348

Mon avis :
Cinquième volet des enquêtes de Victor Legris, propriétaire de la librairie Elzévir sise Rue des Saints Pères à Paris à la fin du XIXème siècle, ce volume nous plonge dans un Paris en pleine Commune à la poursuite d'une main vengeresse dont le léopard est l'emblème... Victor a beau avoir juré à la belle Tasha de ne plus s'embarquer dans des enquêtes hasardeuses, il ne résiste pas à l'appel de son commis Joseph et, tous deux s'embarquent dans cette intrigue quelque peu confuse...
Si j'ai retrouvé avec plaisir les personnages récurrents de cette série, j'ai tout de même trouvé cet opus bien décousu et l'intrigue est tellement brouillonne qu'il m'a fallu cent et quelques pages pour commencer à entrevoir un semblant de ligne directrice et à prendre plaisir à cette lecture... C'est dommage, d'autant plus que l'on ne retrouve pas autant d'intérêt historique dans ce volet que dans les précédents romans qui composent cette série...
Bah, on ne peut pas être toujours au top et espérons que Le léopard des Batignolles sera l'exception dans cette série qui, jusqu'à présent a su éveiller mon intérêt et titiller ma soif d'enquêtes historiques...

Une série à découvrir mais cette enquête est un peu décevante...

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

 

barriere_m1Michèle Barrière - Meurtres à la pomme d'or

Éditions : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 313

Mon avis :
Michèle Barrière est une auteur que j'avais très envie de découvrir depuis quelques temps déjà et les vacances m'ont semblé le moment idéal pour me plonger dans le premier volume de sa série historique et gastronomique...
XVIè siècle. François est un bon vivant, passionné de cuisine, qui rêve de devenir le plus illustre des cuisiniers et d'écrire rien de moins qu'un ouvrage intitulé "La Marmite de l'Univers. Traité des potages, rôts, tourtes et crèmes de tous les temps et de tous les lieux." ! Oui, mais voilà, présentement, et ceci pour faire plaisir à son père, il est étudiant en médecine dans la célèbre université de Montpellier, celle qui a vu éclore les plus grands médecins de l'époque. Aussi passe-t-il son temps à régaler ses amis de somptueux banquets tout en inventant des prétextes pour échapper aux cours de dissection... jusqu'à ce que des empoisonnements soient signalés dans la ville et que Laurent Catalan, son logeur et apothicaire de son état, soit arrêté. Pour prouver l'innocence de Catalan, François se lance alors sur les traces d'une étrange plante venue d'Amérique et, avec l'aide de son ami Félix, compte bien découvrir la vérité et faire libérer son ami.

J'ai pris plaisir à lire ce roman. Tout d'abord pour l'intérêt historique qu'il représente, Michèle Barrière évoquant de nombreux sujets socio-économiques de l'époque et nous plongeant en pleine Renaissance aux côtés de grands noms de l'Histoire (tel Michel de Nostre-Dame, plus connu sous le nom de Nostradamus qui intervient ici en tant que médecin et non astrologue). Elle nous fait ainsi découvrir, à l'aide de descriptions précises et détaillées la vie de l'époque : les conflits entre épiciers et apothicaires et entre apothicaires et médecins, les avancées de la médecine, l'usage de la fourchette en Italie alors qu'elle est presque inexistante en France, les heurts entre religions, etc., de quoi rassasier tout amateur d'Histoire.
Ensuite, pour l'intérêt gastronomique du roman : de nombreuses recettes détaillées dans ce livre mettent l'eau à la bouche ! Et même si on a parfois l'impression que le voyage de nos héros sert de prétexte pour nous asséner une succession de recettes et d'ingrédients en tout genre, qu'importe, cela donne envie de goûter...
En revanche, l'intrigue est totalement ratée : banale, fade, elle ne présente aucun intérêt. D'ailleurs, nos héros, François en tête, semblent bien plus intéressés par la découverte des villes et régions traversées que par leur enquête...

A découvrir pour l'intérêt historique du roman...

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

 

may_3Peter May - Les Disparues de Shanghai

Éditions : Babel noir
Traduction : de l'anglais par Ariane BATAILLE
Titre original : The Killing Room
Nombre de pages : 396

Mon avis :
Troisième volume de la série policière chinoise de Peter May après Meurtres à Pékin et Le Quatrième Sacrifice, nous retrouvons dans cet opus l'inspecteur Li Yan et la médecin légiste américaine Margaret Campbell. Cette fois-ci, ils doivent résoudre une bien macabre affaire : les corps de dix-huit femmes ont été retrouvés; démembrées et vraisemblablement victimes de vol d'organes, il ne va pas être aisé de découvrir l'identité de ces femmes et surtout leur(s) assassin(s), d'autant plus qu'il semble que les organes aient été prélevés de leur vivant !

Encore une fois, Peter May entraîne son lecteur en Chine et s'attache à nous faire découvrir les us et coutumes de ce vaste pays. Il traite de sujets qui semblent lui tenir à coeur : incompréhension Orient-Occident, politique de l'enfant unique avec son lot de souffrances (cette fois-ci, c'est le point de vue de la mère qui est développé et non plus celui de l'enfant) ainsi que la corruption qui sévit à tous les étages... Une belle incursion qui ravira certainement tous ceux et celles qui, comme moi, souhaitent découvrir un peu la Chine.
L'intrigue est intéressante et assez bien menée et, même si le dénouement se devine aisément, on prend plaisir à suivre ces deux enquêteurs. Ceci étant dit, et au risque de me répéter, je trouve toujours que l'amourette entre Li Yan et Margaret est inutile, voire néfaste au récit, leurs joutes devenant de plus en plus ennuyeuses...

Une série agréable pour l'été. ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

JamesP.D. James - Une mort esthétique

Éditions : Le Livre de Poche
Traduction : de l'anglais par Odile DEMANGE
Titre original : The Private Patient
Nombre de pages : 598

Mon avis :
Dans une clinique réputée, une célèbre journaliste d'investigation, Rhoda Gadwyn, est assassinée. Qui avait intérêt à sa mort ?
Première rencontre avec cette auteur, j'avais de grandes attentes concernant cette femme qui bénéficie de tant d'éloges de la part des amateurs de romans policiers... Mais je dois bien avouer que j'ai été très déçue et que cette rencontre est presque totalement ratée.
D'une part parce que l'intrigue apparaît bien secondaire tant la part belle est faite aux personnages et aux décors au détriment des indices, mobiles, preuves et coupables... Le meurtre tarde à se produire et, même si faire connaissance de la future victime est toujours intéressant, on s'ennuie tout de même un peu... Pire, lorsque le meurtre finit par se produire, les longues descriptions des enquêteurs, suspects et protagonistes secondaires m'ont résolument ennuyée ! Et je n'ai pas été plus convaincue par le commandant Dalgliesh qui m'est apparu fade, lisse et un tantinet mou.
Ensuite, parce que je déteste que des zones d'ombre demeurent la dernière page tournée (ou alors, je n'ai pas su lire entre les lignes) : pourquoi Rhoda s'est-elle enfin décidée à enlever sa cicatrice après avoir vécu en bonne entente avec elle pendant 34 ans ? Pourquoi avait-elle choisi cet établissement, loin de Londres (sa soi-disant dernière enquête ne me convainc guère...) ? Trop de non-dits, suppositions, hypothèses et pas assez de certitudes, c'est dommage pour un policier...

Une auteur certainement à découvrir mais je suis totalement passée à côté de ce roman !

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30