bombay_maximum_cityÉditions : Buchet Chastel - Traduction : de l'anglais par Oristelle BONIS -
Titre original : Maximum City, Bombay Lost and Found - Nombre de pages : 764

4ème de couverture :
De retour à Bombay en 1998, après une absence de vingt et un ans, Sukety Mehta est frappé par les métamorphoses de la ville tant aimée de son enfance : il décide d'en aborder tous les extrêmes et pour commencer, celui des émeutes de 1992-1993 entre hindous et musulmans.
Ce conflit le propulse au cœur des violences de la guerre des gangs pour le contrôle de la vie politique et économique de la cité, une guerre souvent orchestrée par des parrains mafieux installés à Dubaï ou au Pakistan. L'auteur prend le risque de nouer des liens personnels, avec à la fois des tueurs sans merci et des indicateurs de la police, pour mieux nous guider dans le labyrinthe du crime organisé au sein d'une ville corrompue.
Parmi les myriades de personnages du livre, il y a Mona Lisa qui, après une enfance de misère à l'image de celle des millions de déshérités des bidonvilles de Bombay, est devenue une belle danseuse, une entraîneuse capiteuse qui, la nuit venue, enflamme les désirs des hommes dans les bars chauds de la ville ; certains soirs on y rencontre même Honey/Manoj " une femme née homme par erreur ", que Suketu Mehta suit aussi dans sa double vie. Avec son millier de films par an produits par l'industrie cinématographique de Bombay, Bollywood n'a aujourd'hui plus rien à envier à Hollywood : là encore, Suketu Mehta nous convie avec complicité derrière les décors de ses studios.
Passionnée, intimiste, émouvante, courageuse, impudique, tout à tour drôle et déchirante, cette formidable biographie urbaine initie un nouveau genre littéraire. De même l'hallucinante Bombay, la plus grande mégapole d'Asie, préfigure la génération des mégapoles surpeuplées de demain.

 mumbai1Mon avis :
"La ville de Bombay sera bientôt plus peuplée que le continent australien. URBS PRIMA IN INDIS, annonce la plaque apposé sur la Porte de l'Inde. Bombay est d'ailleurs Urbs prima in Mundis à un égard au moins, premier indice de la vitalité d'une ville : la taille de sa population. Avec ses quatorze millions d'habitants, c'est la plus grande métropole de la planète colonisée par la race des citadins. Bombay, ou l'avenir de la civilisation urbaine terrestre. Que Dieu nous garde." (Buchet Chastel - p.17)
Quel livre ! Suketu Mehta a réussi l'exploit de condenser en moins de 800 pages sa vision de Mumbai (ex-Bombay) et nous fait voyager dans cette ville surpeuplée, polluée, survoltée où le pouvoir et les plaisirs se côtoient tels de vieux frères ennemis. Et nous nous surprenons à suivre pas à pas et sans aucune difficulté ce journaliste de talent que rien ne semble pouvoir décourager et qui nous entraîne tour à tour parmi les gangs armés jusqu'aux dents à la solde de terroristes musulmans, au sein du Shiv Sena, ce parti politique extrémiste hindou, aux côtés de policiers plus ou moins intègres, dans les bars les plus huppés de la ville au plus mal famés, sur les plateaux des films de Bollywood et surtout, surtout, dans les rues de cette ville tentaculaire : des bidonvilles au quartier chic de Malabar Hill, Suketu Mehta se place en chroniqueur insatiable et infatigable de Bombay et cela donne un récit époustouflant !

LE POUVOIR
"De même que nos vies à tous s'organisent autour d'un événement central, l'histoire de chaque ville est marquée par un événement catalyseur. Pour le New York contemporain, c'est le 11 septembre 2001 et les attentats contre le World Trade Center. Pour le Bombay de mon époque, ce sont les émeutes et les attentats à la bombe de 1993." (Buchet Chastel - p.172)
Dans cette première partie, l'auteur revient sur un événement sanglant de l'histoire de Mumbai, événement qui a profondément marqué la ville et ses habitants : les émeutes hindous-musulmans de 1992-1993 ayant fait plus de 300 victimes et consécutives à la destruction de la mosquée Babri Masjid d'Ayodhya. C'est l'occasion pour lui de rencontrer les membres des différents gangs musulmans de la ville et les hommes de main du Shiv Sena (l'Armée de Shiva) fondé par Bal Thackerey, extrémistes hindous et xénophobes. D'un côté comme de l'autre, comment ces hommes ont-ils pu commettre de telles atrocités et n'en éprouver aucun remord, les cris de leurs victimes brûlées vives ne les empêchent-ils pas de dormir ? Apparemment non, le pouvoir semble être leur seul but et la religion un prétexte bien pratique !
Et dans cette surenchère de la violence, la police n'est pas en reste, elle qui organise ces fameuses "rencontres", ces exécutions sommaires de gangsters parce qu'attendre un procès est parfois trop long ou qu'un membre d'un autre gang a donné une belle enveloppe... Comment dans ce contexte s'étonner de la corruption galopante à tous les étages des administrations ou encore du nombre croissant de jeunes des bidonvilles qui rejoignent les gangs pour avoir l'impression d'exister ? Les flics incorruptibles semblent bien démunis et s'ils s'avisent de parler trop fort, ils sont envoyés dans une ville de province où ils ne pourront plus faire de vague...

Porte_de_l_Inde

LES PLAISIRS
"A Bombay, il n'y a qu'un pas de la réalité la plus sordide au rêve le plus fou." (Buchet Chastel - p.594)
Dans cette deuxième partie, Suketu Mehta nous embarque dans le monde de la nuit, celui des bars à filles, des danseuses, des hommes et des femmes qui vendent leur corps pour survivre tout en rêvant de devenir top model ou acteur/actrice de cinéma. La pègre y règne d'ailleurs en maître dans ce monde et rares sont les films de Bollywood qui ne bénéficient pas du financement d'un don (parrain) de la mafia, la production d'un film étant un bon moyen de blanchir de l'argent !
L'auteur nous entraîne également dans l'univers du cinéma bollywoodien et nous donne une bien piètre opinion de ces films dénués de scénario, dont les acteurs et actrices n'auraient pour seul talent que leur plastique de rêve et qui subissent une censure telle que les opinions politiques ou sociales y seraient totalement gommées... C'est d'ailleurs assez étonnant cette opinion assez négative qui transparaît dans ce livre lorsque l'on apprend que Suketu Mehta a participé à l'écriture du scénario du film bollywoodien de son ami Vidhu Vinod Chopra, Mission Kashmir, on aurait pu croire qu'il croyait en son script... Mais il est vrai que Hrithik Roshan, qui joue Altaaf, le héros du film, a une plastique irréprochable, jugez-en par vous-même :

Hrithik_Roshan

PASSAGES
"La bataille des trottoirs est un combat pour les droits de diverses catégories d'usagers : les piétons qui y marchent; les sans-abris qui y dorment; les colporteurs et les petits marchands qui gagnent leur vie dessus; les automobilistes qui s'y garent. Savoir qui en a le plus besoin est ici l'objet de débats interminables et déchirants." ( Buchet Chastel - p.679)
Cette troisième partie relate les changements, parfois radicaux, qui interviennent dans la vie des bombayites. Ainsi, on suit ce jeune homme débarqué à Bombay dans l'espoir de devenir acteur et qui finit par devenir écrivain des rues (rédacteur de lettres pour celles et ceux qui ne savent pas écrire), cette famille de riches diamantaires jaïns qui décide de renoncer à tout pour vivre en sâdhus (sages ascètes errants à travers toute l'Inde et vivants de la charité des adeptes), ces enfants des rues, ou encore cette autre famille qui après des années passées dans une seule pièce d'un bidonville a enfin l'opportunité de vivre dans un deux pièces d'un quartier moins sordide et tant d'autres encore...

Mumbai03

Il est difficile de résumer Bombay Maximum City en quelques lignes tant c'est dense, riche de rencontres, de descriptions, d'anecdotes : le travail de l'auteur a été véritablement titanesque ! Alors, forcément, il y a des répétitions, quelques longueurs, des passages auxquels on adhère moins que d'autres mais qu'importe, c'est grandiose.

Si vous ne deviez lire qu'un seul livre sur Bombay/Mumbai, misez sur celui-là ! ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30

Val_aime_les_livres_challengeJ'inscris, bien évidemmment, cette lecture dans le challenge de Val.