brueghelLe repas de noce (1568) de Pieter Bruegel, dit Bruegel l'Ancien.

Barri_re_Souper_mortel_aux__tuvesMichèle Barrière - Souper mortel aux étuves

Éditions : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 345

Mon avis :
Ce roman est en réalité le premier tome de la série policière historique et gastronomique de Michèle Barrière que j'avais découvert avec Meurtres à la pomme d'or. Dans cet opus, on suit les aventures de Constance, toute jeune veuve qui décide, au mépris du danger qu'elle encourt, d'enquêter sur la mort de son mari, espion pour le compte du roi, et vraisemblablement mort à cause de l'enquête qu'il était en train de mener sur un trafic de fausse monnaie. Alors qu'elle n'a aucune connaissance culinaire, elle décide de se faire engager comme cuisinière aux étuves où son mari a trouvé la mort et, contre toute attente, non seulement elle réussit à décrocher la place mais devient une sérieuse adversaire pour le cuisinier en place : la guerre en cuisine est déclarée !!
Disons-le sans détours, je me suis un tantinet ennuyée à la lecture de ce roman. La connaissance de l'auteur pour le Moyen-Age est indéniable et j'ai appris quantité de choses diverses et variées sur l'époque (j'ai d'ailleurs été très étonnée par la liberté de l'héroïne, j'imaginais les femmes de l'époque beaucoup plus contraintes par la société), son goût pour la cuisine est indiscutable et moult recettes méritent d'être découvertes mais où est l'enquête policière, où est le suspense propre aux polars et à quoi sert tant de détails historiques, d'explications détaillées, si ce n'est à assommer le lecteur qui, s'il est comme moi, cherche à apprendre des choses en passant un bon moment de lecture mais pas à devenir expert es Moyen-Age ?

Une petite déception donc, mais un roman intéressant tout de même par les connaissances sur l'époque que l'auteur nous fait partager. ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30

Barri_re_Natures_mortes_au_VaticanMichèle Barrière - Natures mortes au Vatican

Éditions : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 315

Mon avis :
Dans ce troisième volet de la série historique et gastronomique de Michèle Barrière, on retrouve François Savoisy, le héros de Meurtres à la pomme d'or. Devenu secrétaire de Bartolomeo Scappi, cuisinier personnel du pape Pie V, il aide son maître à rédiger un livre de recettes, ouvrage très ambitieux qui, une fois terminé, devrait contenir plus de mille recettes ! Mais, très vite, François se retrouve dans une situation inextricable : il fait l'objet d'un chantage odieux de la part du cardinal de Granvelle qui veut s'emparer de l'oeuvre de Scappi, le peintre Arcimboldo est enlevé et il participe à une fête qui tourne au vinaigre...

Encore une fois, on ne peut qu'être conscient, à la lecture de ce roman, du désir qu'a l'auteur de nous faire partager ses connaissances culinaires et historiques mais, encore une fois, c'est beaucoup trop pour un roman et cela devient terriblement ennuyeux. J'ai eu parfois l'impression de lire une énumération sans fin de produits de l'époque, de recettes, de faits historiques et  j'ai vraiment eu beaucoup de mal à trouver le liant dans tout cela. Quant à l'intrigue policière, elle n'existe tout simplement pas ! Bref, les aventures de François Savoisy m'ont totalement laissée de glace cette fois-ci...

Très grosse déception... Point positif tout de même : ce roman m'a donné l'occasion de me replonger dans l'oeuvre de Guiseppe Arcimboldo. ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

Arcimboldo_Quatre__l_mentsGuiseppe Arcimboldo - Série Les Quatre Eléments : l'Air, l'Eau, la Terre et le Feu

Arcimboldo_Quatre_saisons
Guiseppe Arcimboldo - Série Les Quatre Saisons : Printemps, Eté, Automne et Hiver

Barri_re_Meurtres_au_potager_du_RoyMichèle Barrière - Meurtres au Potager du Roy

Éditions : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 380

Mon avis :
Versailles, 1683. Benjamin Savoisy est jardinier au Potager du Roi. Marié et père d'une petite fille d'un mois, il ne supporte plus sa vie de famille : nuits blanches et ennui lui minent le moral. Heureusement, son travail auprès de La Quintinie lui apporte quelques consolations : il aime le travail de la terre et voir s'épanouir les fruits et légumes qu'il cultive. Mais il ne rêve que d'une seule chose : partir, loin, découvrir des contrées inexplorées et exotiques...
Lorsque les melons du potager sont retrouvés totalement saccagés, La Quintinie charge Benjamin de trouver d'autres melons pour satisfaire la table du roi mais ce dernier découvre bien vite que tous les melons des jardins de Paris ont subi le même sort : qui peut bien s'en prendre ainsi aux melons ? Au cours de sa quête, Benjamin se laissera bien aisément séduire par une jolie hollandaise qui l'emmènera avec elle à Amsterdam mais l'abandonnera dans une situation pour le moins inconfortable...

Assez ennuyeux avec des listes et des listes de légumes, de plats et des tonnes de cours d'Histoire, je n'ai pas du tout apprécié cette lecture car ce n'est pas ce que je recherchais lorsque j'ai débuté cette série policière historique qui, à mon humble avis, est très mal classée dans la mesure où il n'y a pratiquement pas d'intrigue policière ! Plus je m'avance dans cette série et plus j'ai la désagréable impression que Michèle Barrière veut mettre "tout" son savoir d'une époque dans un seul et unique roman et, pour moi, cela le rend indigeste. C'est dommage parce que c'est intéressant mais le format est inadapté à mon sens.

Je tiens tout de même à indiquer que ce roman m'a beaucoup fait rire grace au personnage de Lord Chasclith qui traduit les expressions anglaises mot à mot en français... Cela donne des dialogues du genre :
- Par le chemin (By the way : à propos), pourquoi dit-on "dans mes jours de salade" (in my salad days : dans mes vertes années) quand on veut parler de sa jeunesse ? (Le Livre de Poche - p.288)
Comme tous les Anglais, je suis aussi frais qu'un concombre (to be as cool as a cucumber : garder son sang froid) et je sais mordre la balle (to bite the bullet : rester stoïque). (Le Livre de Poche - p.313)

Une série que j'abandonne avec ce titre. ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

Je remercie encore une fois Saraswati qui m'a offert ce roman dans le cadre du swap Chocolat et Cinéma organisé par Soukee.

Cet avis constitue mes 8ème, 9ème et 10ème participations au challenge "Thrillers et Polars" de Liliba.

Liliba_Thriller

Clin d'oeil humoristique :
Le repas de noce au temps des Gaulois ou comment Uderzo et Gossiny se sont inspirés de Bruegel (image de l'album Astérix chez les Belges)...

Bruegel_Versiongauloise