J'ai découvert beaucoup d'auteurs indiens ces derniers temps, aussi, je vous propose un nouveau petit voyage livresque en Inde avec ces livres très différents les uns des autres mais tous très intéressants : deux romans, une anthologie et un recueil de contes...Danse_Inde

Tharoor_EmeuteShashi Tharoor - L'émeute

Éditions : Points
Traduction : de l'anglais (Inde) par Claude DEMANUELLI -
Titre original : The Riot
Nombre de pages : 400

Quelques mots sur l'auteur :
tharoorShashi Tharoor, né le 9 mars 1956 à Londres, est un diplomate, homme politique et écrivain indien.
Après ses études, il intègre l'Organisation des Nations unies en 1978 où il travaille d'abord au Haut commissariat pour les réfugiés puis aux Opérations de maintien de la paix et ensuite en tant que Secrétaire général adjoint à la communication et l'information. Il quitte l'ONU en 2007 après l'échec de sa candidature au poste de Secrétaire général. Il commence alors une carrière politique en Inde où il est élu député au Lok Sabha (Chambre basse du Parlement indien) de la circonscription de Trivandrum (Kerala) en 2009. La même année il est nommé Secrétaire d'état aux Affaires étrangères, poste dont il démissionne en avril 2010 puis il entre de nouveau au Gouvernement en octobre 2012 comme Secrétaire d'état au Ministère de l'enseignement et de la recherche.
Parallèlement, Shashi Tharoor mène une carrière d'auteur : il a écrit plusieurs ouvrages documentaires, trois romans : The Great Indian Novel (Le grand roman indien) en 1989, Show Business en 1992, The Riot (L’émeute) en 2001 et un recueil de nouvelles The Five Dollars Smile and other Stories (Le sourire à 5$) en 1990. Il écrit ses ouvrages en anglais. (source : Wikipedia)

Mon avis :
"Tout est recyclé en Inde, jusqu'aux rêves. " (Points - p.152)
Inde, octobre 1989. Après une émeute survenue dans une petite ville à l'est de New Delhi, Priscilla Hart, jeune Américaine de vingt-quatre ans, est retrouvée morte : elle a été poignardée. Priscilla travaillait pour une ONG dont le but était de sensibiliser les femmes indiennes aux techniques de contrôle des naissances; elle entretenait de bonnes relations avec son employeur et les autorités locales, quelques maris étaient certes mécontents de son action auprès de leurs femmes mais rien de bien alarmant : tout indique donc qu'elle se soit trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.
Ses parents, divorcés depuis de nombreuses années, décident de faire le voyage jusqu'en Inde, pays où ils ont vécu quelques années avant de se séparer, pour retracer la vie de leur fille au cours des dix mois où elle a vécu dans ce pays et tenter de faire la lumière sur les circonstances exactes de sa mort. Fragment par fragment, la vie de Priscilla se dévoile et la vérité n'est pas forcément là où on l'attendait...

Shashi Tharoor est un écrivain indien dont j'avais entendu le plus grand bien et que j'avais très envie de découvrir. Et je n'ai pas été déçue ! Prenant pour point de départ des affrontements Hindous-Musulmans en 1989 suite à la volonté d'extrémistes Hindous de détruire la mosquée Babri Masjid à Ayodhya, ou mosquée de Babur, construite sur un site réputé être le lieu de naissance du dieu Rama (à noter que la mosquée sera effectivement rasée en 1992, entraînant le pays tout entier dans de violentes émeutes intercommunautaires), Shashi Tharoor décortique la société indienne à travers les points de vue des différents personnages qui jalonnent le roman. Et cela fonctionne à merveille bien que je déplore le point de vue trop tranché de l'auteur en faveur des Musulmans, présentés comme des victimes pacifiques face à des Hindous presque tous présentés comme des fanatiques. Je reste persuadée que tous les Hindous ne se sont pas montrés extrémistes dans cette histoire et que tous les Musulmans n'ont pas tous été si pacifiques. C'est dommage mais quelle plume, quel talent de conteur !! C'est donc intéressant, très bien construit (alternance d'articles de journaux, d'extraits de journaux intimes, de lettres, de retranscriptions d'interviews...), intelligent, prenant et passionnant. La fin est un peu volée mais qu'importe, le plaisir est là.

Morceau choisi :
"Mais, bon Dieu, qu'est-ce que ça nous apprend sur l'Inde, cette histoire ? Que les apparences sont plus fortes que la vérité. Que les rumeurs ont plus de pouvoir que les faits. Que la fidélité est à sens unique, le seul fait de la femme. Et que, quand la société donne tort à une femme, celle-ci ferait bien de ne pas compter sur le soutien de son mari. Elle n'a pas d'autre choix que de mettre fin à ses jours." (Points - p.102-103)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30

Nair_CompartimentAnita Nair - Compartiment pour dames

Éditions : Picquier poche
Traduction : de l'anglais par Marielle MORIN
Titre original : Ladies coupé
Nombre de pages : 443

Quelques mots sur l'auteur :
anita_nair1Anita Nair, née à Mundakottakurissi, près Shornur dans l'état de Kerala en Inde est une écrivaine et poétesse de langue anglaise. Elle a fait ses études à Chennai (Madras) puis au Kerala où elle a obtenu un "Bachelor of Arts" en littérature anglaise. Elle a débuté sa carrière dans une agence de publicité à Bangalore avant de se lancer dans l'écriture. En 1997, elle signe son premier roman Satyr of the subway and eleven other stories, qui deviendra Le Chat karmique en français. L’auteur entame alors une carrière internationale marquée par la publication de The Better Man (Un homme meilleur) en 2000, Ladies Coupe (Compartiment pour dames) en 2001 ou encore Mistress (Les neuf visages du cœur) en 2005. Elle vit actuellement à Bangalore. (source : Wikipedia)

Mon avis :
"Akhila est de ces femmes-là. Celles qui font ce que l'on attend d'elles et qui rêvent du reste. C'est pourquoi elle collectionne toutes les déclinaisons de l'espérance comme les enfants collectionnent les talons des tickets. A ses yeux, l'espoir est tissé de désirs inassouvis." (Picquier poche - p.10-11)
Akhila, 45 ans, a l'impression d'être passée à côté de sa vie : entre ses obligations familiales, son travail et son attachement aux traditions, elle se sent prisonnière. Aussi, un matin, sur un coup de tête, elle décide de partir voir la mer, seule. Dans le compartiment pour dames qu'elle occupe dans le train qui l'emmène vers sa destination, elle rencontre cinq femmes : chacune d'entre elle, tour à tour, entreprend de lui raconter son histoire, lui faisant ainsi partager son expérience de la vie. Entre les déboires conjugaux, les choix anticonformistes et les épreuves des unes et des autres, Akhila trouvera le chemin de sa vie.

D'Anita Nair, j'avais lu il y a quelques années Le Chart karmique, recueil de nouvelles qui ne m'avaient pas vraiment plu. Aussi, j'ai longtemps hésité avant de me lancer dans la lecture de ce livre. Et je dois dire que je ne regrette absolument pas d'être allée au-delà de ma première impression car Anita Nair a su me faire voyager au coeur de l'Inde et au coeur des femmes de ce pays, m'entraînant dans un récit très bien construit (chaque récit des femmes du train est entrecoupé d'un pan de la vie d'Akhila, nous révélant morceaux par morceaux sa propre vie), intéressant et qui démontre combien il est difficile de concilier modernité et coutumes, liberté et convenances alors que la société ainsi que vos proches vous observent à la loupe ! C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié malgré une fin un peu trop irréaliste qui m'a un peu déçue.

Morceaux choisis :
"L'amour vous séduit avec un parfum rare. L'amour exige qu'on le boive jusqu'à la lie. Alors, il brûle la langue et les sens. L'amour rend aveugle. L'amour rend fou. L'amour sépare la raison de la pensée. L'amour tue. L'amour est de l'alcool de méthyle camouflé en alcool éthylique."
(Picquier poche - p.182)

"C'est étrange, se dit-elle. Tous les quais de gare se ressemblent. Avec leurs flaques d'eau près d'un robinet qui goutte. Leurs passagers aux visages fermés et aux yeux fiévreux. Leurs valises empilées. Leurs bancs occupés. Leurs porteurs. Leurs marchands avec leurs pots de thé ou de café, leurs paquets de biscuits et leurs magazines illustrés. Leurs poubelles débordantes de déchets. Des mégots. Un gobelet en plastique écrasé. Un emballage de chocolat. Une peau de banane. Des sacs en plastique rose et vert accrochés aux rails et se gonflant ou se dégonflant au gré du vent. Une barrière autrefois blanche et devenue grise qui entourait la gare." (Picquier poche - p.269)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

Belles_etrangeresLes belles étrangères - 20 écrivains indiens

Éditions :  Philippe Picquier
Nombre de pages : 286

Mon avis :
Ouh là, là. Très difficile pour moi que de vous présenter cette anthologie qui m'a à la fois beaucoup plu et beaucoup énervée.
Beaucoup plu parce que ce livre m'a permis de découvrir la plume de nombreux auteurs indiens dont j'avais entendu parler mais encore jamais eu l'occasion de lire et, pour certains, j'ai maintenant hâte d'en découvrir un récit complet. Ainsi,  Anita Rau Badami, Shauna Singh Baldwin, Bama et Alka Saraogi figurent en bonne place dans ma liste des auteurs indispensables à lire - avec des dizaines d'autres, j'en ai bien peur...
Et beaucoup énervée parce qu'avec ce type d'ouvrage, on reste tout de même totalement sur sa faim. Les textes choisis sont très courts, et lorsqu'un récit commence à devenir intéressant, il s'arrête pour laisser la place à un autre auteur... C'est la nature même de l'ouvrage qui veut ça, mais c'est bien agaçant tout de même !!

Les 20 écrivains indiens qui figurent dans cette anthologie : U.R. Ananthamurthy, Anita Rau Badami, Shauna Singh Baldwin, Bama, Upamanyu Chatterjee, Kamala Das, Esther David, Mahasweta Devi, Narendra Jadhav, Kishor Shantabai Kale, Mukul Kesavan, Mukundan, Anushka Ravishankar et Pulak Biswas, ill., C. Narayana Reddy, Alka Saraogi, Akhil Sharma, Shashi Tharoor, Krishna Baldev Vaid, Udayan Vajpeyi, Nirmal Verma.

Un livre à lire si vous souhaitez approfondir votre découverte d'auteurs indiens (ou si vous participez au challenge de Val.) ;-) Attention, il est assez difficile à dénicher parce qu'il n'a pas été produit pour la vente mais pour la manifestation littéraire Les Belles Etrangères de 2002.

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

 Feryl_contes_indeYveline Féray - Contes d'une grand-mère indienne

Éditions : Philippe Picquier
Nombre de pages : 213

Mon avis :
Je vous l'ai déjà dit, j'adore les contes et légendes. Alors, lorsque je suis tombée sur cet ouvrage, comment aurais-je pu résister ? Une grand-mère qui me propose de plonger dans les contes indiens, c'était plus que tentant... Et vous ne devriez pas résister vous non plus, parce que ce livre, c'est un régal pour qui aime les contes et se souvient avec nostalgie des histoires racontées par ses parents le soir avant de s'endormir !!

Yveline Féray m'a totalement convaincue avec les cinq récits qu'elle a choisi pour ce recueil, et je ne vous dis qu'une seule chose : laissez-vous tenter vous aussi.
Tremblez avec L'anneau précieux, l'histoire de Kôvalau et Kannaki, sa femme qui lui resta fidèle malgré les errements du corps et accomplit une vengeance exemplaire...
Réfléchissez à vos actes en lisant Râjarâja qui démontre que toute vie est régie par les actions effectuées lors de ses vies antérieures...
Souriez avec Le berger, l'archer, le cavalier et le brahmane qui ne s'entendaient pas, une histoire sur les a priori qui nous gouvernent et mènent à tous les conflits.
Rigolez franchement avec Samarâdhana ou le salut du soldat, une histoire qui démontre combien il est absurde de toujours vouloir être le premier....
Et vibrez avec la formidable épopée du Râmâyana : pleine de rebondissements, peuplée de dieux, de démons et d'hommes hors du commun, de femmes vertueuses et de femmes avides, c'est une légende indienne à savourer. Certes, Yveline Feray la présente dans ce recueil de façon fort raccourcie mais l'essentiel y figure et le plaisir est là !

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30

Val_aime_les_livres_challenge
Ces lectures entrent bien évidemment dans le challenge de Val.