Ellory_Anges-T
Éditions : Le Livre de Poche - Traduction : de l'anglais (Etats-Unis) par Fabrice POINTEAU -
Titre original : Saints of New York - Nombre de pages: 668

4ème de couverture :
Malgré l’avis de sa hiérarchie, Frank Parish, inspecteur au NYPD, s'entête à enquêter sur le meurtre d'une adolescente, victime, pense-t-il, d’un tueur en série. Contraint de consulter une psychothérapeute après la mort de son partenaire, Frank va lui livrer l'histoire de son père, figure éminente des Anges de New York, ces flics d'élite qui, dans les années 1980, ont nettoyé Manhattan de la pègre et des gangs. Une histoire bien différente de la légende communément admise.
À travers la police de New York, Ellory s'attaque de nouveau à la mythologie américaine. Avec ce récit d'une rare profondeur, il nous offre un thriller au suspense omniprésent et le portrait déchirant d'un homme en quête de justice et de rédemption.

Mon avis :
"- Vous voulez savoir ce qu'on nous a appris à l'école de police ?
- Oui.
- Que parfois il ne faut pas se fier aux apparences. Et que parfois les choses sont exactement ce qu'elles paraissent.
- Ce qui signifie ?
- Eh bien, c'est très simple. J'ai
l'air d'un loser agressif, déglingué, alcoolique, avec une vingtaine d'années au compteur... et vous pouvez ajouter à ce mélange explosif mon dangereux manque d'estime de soi et mon goût pour les femmes faciles et le whiskey hors de prix, et vous vous retrouverez avec quelqu'un à qui vous ne voulez pas vous frotter. Et comme j'ai dit, même si ce n'est qu'une apparence, je crois que vous allez découvrir que c'est exactement qui je suis."
(Le Livre de poche - p.26)
New York, septembre 2008. Franck Parish est un inspecteur de police qui traîne son mal de vivre dans la jungle de New York : entre son alcoolisme, la mort récente de son co-équipier, la menace de mise à pied qui pèse sur lui, la psy qu'il doit consulter chaque jour, son ex-femme, ses enfants, son manque d'appétit et les affaires non résolues qui s'entassent sur son bureau, il se débat, désabusé... Mais lorsqu'une adolescente est retrouvée morte dans l'appartement de son fère, Franck flaire quelque chose de louche et, très vite, pense à un tueur en série. Secondé par son tout nouveau co-équipier, il s'accroche à cette affaire, quitte à frôler les limites et à bousculer quelques règles établies...

R.J. Ellory est un auteur qui m'avait totalement conquise avec Seul le silence puis Vendetta. J'avais également beaucoup aimé Les anonymes sans que cela soit toutefois un coup de coeur. Aussi, rien d'étonnant à ce que je me précipite pour planifier une nouvelle lecture commune avec Manu dès la parution de ce roman en poche... Et je dois bien avouer que le plaisir a été encore une fois au rendez-vous... Encore une fois, j'ai plongé avec avidité et plaisir dans l'univers de R.J. Ellory et j'ai lu ce roman d'une seule traite, frôlant la nuit blanche..

Qu'est-ce qui m'a plu dans ce nouveau roman de R.J. Ellory ?
Presque tout à vrai dire : le personnage proche de la rupture qu'on a envie d'aider tout d'abord. Certes, d'aucuns diraient qu'un tel personnage est devenu monnaie courante dans la littérature policière mais moi, le flic divorcé, loser, qui surcouve ses enfants, alcoolique, bourru, ne lâchant pas une affaire, surtout lorsque lorsqu'il s'agit de jeunes filles qui pourraient être les siennes, cela m'émeut tout simplement... alors, forcément, je succombe !
Ensuite, l'enquête, la recherche du coupable qui fait tourner les pages, sans même que l'on s'en rende compte... Quel est ce pervers qui tue ces jeunes filles ?
Ensuite, la plongée dans l'univers de la police corrompue des années 70-80. L'ampleur de cette corruption, à tous les niveaux de la hiérarchie est assez difficile à croire mais R.J. Ellory, comme toujours dans ses romans, nous persuade de la véracité de ses propos par moult détails et descriptions... cela fait froid sans le dos !
Enfin, et surtout, le style très détaillé de l'auteur et la construction du roman qui, une fois encore, passe par l'alternance des deux récits : un récit relatant l'action du moment et un vidage de sac auprès d'une psy qui tente d'aider Franck à  répondre à cette simple question : comment supporter l'image d'un père héros de la nation alors qu'on le considère soi-même comme une ordure de premier ordre ?

Ce n'est certainement pas mon préféré de cet auteur mais R.J. Ellory me charme et je crois bien que c'est à vie !!

Morceaux choisis :
"C'était juste un type ordinaire. Il n' avait pas d'ennemis, pas de litiges, ne buvait pas, ne fumait pas, n' allait pas voir les prostituées, ne se droguait pas. Le genre de type qui meurt et que sa femme a oublié le week-end suivant" (Le Livre de poche - p.79)

"À un moment, les chaînes qui liaient les enfants à leurs parents devaient se briser. À un moment, il fallait accepter le fait que le monde était là, qu'il les attendait, et que s'ils devaient s'en sortir... eh bien, ils s'en sortiraient. Ou pas. Si on décidait d'aller les chercher à l'école un jour pour s'assurer qu'ils rentreraient sains et saufs à la maison, alors ce serait peut-être le lendemain qu'ils se feraient renverser par une voiture à un passage clouté. La vie avait des angles aigus et des bords coupants. La vie était pleine d'embûches." (Le Livre de Poche - p.92)

"[...] même quand les gens font les choses de la mauvaise manière, ils peuvent les faire pour les bonnes raisons." (Le Livre de Poche - p.665)

A lire...  ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

Lecture commune avec Manu que je remercie chaleureusement d'avoir décalé la date de publication me permettant ainsi d'être au rendez-vous. Allons voir son avis.