Nouvelle plongée dans la littérature indienne, ma sélection de ces quelques mois...

Indian_color

Swarup_roupieVikas Swarup - Pour quelques milliards et une roupie

Éditions : Belfond
Traduction :
de l'anglais (Inde) par Roxane Azimi
Titre original : The accidental apprentice
Nombre de pages : 404

Quelques mots sur l'auteur :
Vikas-Swarup-author-of-th-006
Vikas Swarup, né le 23 juin 1961 à Allahabad, est un écrivain et un diplomate indien, qui a été affecté par son gouvernement en Turquie, aux États-Unis, en Éthiopie, et en Grande-Bretagne. Il est actuellement en poste à Pretoria comme Haut commissaire indien à l'Afrique du Sud.
Il est l'auteur du roman Les Fabuleuses Aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire, adapté au cinéma en 2008 par le réalisateur britannique Danny Boyle sous le titre Slumdog Millionaire.
Le second roman de Vikas Swarup, Six suspects (Meurtre dans un jardin indien), a été publié par Transworld le 28 juillet 2008. Ce roman devrait également être adapté au cinéma.
(source : Wikipedia)

Mon avis :
"Nous vivons au Kali Yuga, l'age des ténèbres, l'époque du péché et de la corruption. La religion n'est plus à la mode. Les jeunes qui travaillent pour moi ne vivent que pour consommer. Ca doit faire des années qu'ils ne sont pas allés prier au temple. Je ne dis pas qu'ils sont tous athées, mais leur Dieu, c'est l'argent avant tout." (Belfond - p.19)
La vie de Sapna Sinha, une jeune vendeuse d'électroménager sans perspective, change brusquement lorsque le richissime industriel Acharya décide de lui faire passer des épreuves pour tester sa capacité à devenir le PDG de son entreprise. Chacune des 7 épreuves passées oblige la jeune femme à s'interroger sur ses valeurs mais surtout à ne compter que sur elle-même...

Après avoir adoré Les Fabuleuses Aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire et dévoré Six suspects (Meurtre dans un jardin indien) quelques années plus tard, j'ai sauté sur l'occasion lorsque Babelio m'a offert de recevoir ce livre en échange d'une critique (que je publie bien tardivement !). J'étais en effet plus qu'impatiente ce renouveler l'expérience avec cet auteur qui m'avait enchantée deux fois déjà !

Et j'ai retrouvé avec un immense plaisir l'Inde de Vikas Swarup : ses nombreuses anecdotes/histoires dans l'histoire qui couvrent presque chaque aspect de l'Inde, ses évocations des odeurs, des couleurs, des saveurs, des diversités, des contrastes, etc. tout ce qui fait la multiplicité de l'Inde et invite au voyage.
Mais, cette fois-ci, tous ces ingrédients n'ont pas suffit pour que la magie opère et que je classe ce roman dans mes lectures remarquables. Si je reconnais que ce livre constitue un très bon page-turner, qu'en reste-t-il quelques mois après sa lecture ? Assez peu de choses en réalité hormis ses défauts : l'intrigue cousue de fil blanc et les situations assez peu vraisemblables. Certes, comme pour les deux autres romans de Vikas Swarup, la fin est étonnante mais je m'y attendais un peu à vrai dire... C'est donc assez déçue que j'ai tourné la dernière page de ce roman malgré le délicieux voyage en Inde.

Plaisir de lecture :lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30lecture_notation0_30lecture_notation0_30

 

ob_6dd22e_buchetTishani Doshi - Le plaisir ne saurait attendre

Éditions : Buchet Chastel
Traduction : de l'anglais (Inde) par Karine LALECHERE
Titre original : The pleasure seekers
Nombre de pages : 344

Quelques mots sur l'auteur :
12author-tishani-doshiTishani Doshi, née le 9 décembre 1975 à Madras (Sud-est de l'Inde) d'un père Indien et d'une mère Galloise, est une écrivaine, poétesse, journaliste et danseuse indienne. Elle vit toujours dans sa ville natale (devenue Chennai) après une parenthèse américaine, en tant qu'étudiante, et britannique.
Le plaisir ne saurait attendre est son premier roman, inspiré de l'histoire de ses parents.
(source : Wikipedia)

Mon avis :
Madras, août 1968. Babo, fils bien aimé d'une famille jaïne s'envole pour Londres. Il doit y compléter sa formation tout en respectant les préceptes de sa religion : ni femme, ni alcool, ni viande. Mais sa rencontre avec Sian Jones va chambouler sa vie et c'est avec cette Galloise pleine de vie qu'il rentre en Inde, au grand désappointement de ses parents !

Le plaisir ne saurait attendre est un roman que l'on dévore : très belle écriture, très belle histoire et très belles évocations de l'Inde et de son histoire. Que demander de plus ? Tout au long des quelques 350 pages qui composent ce roman, nous suivons avec plaisir la vie de Babo Patel et de sa famille de 1968 à 2001, de Londres à son retour dans la maison familiale du Tamil Nadu, de sa jeunesse insouciante à sa vie de père faisant face aux événements parfois sanglants qui ont secoué l'Inde... Un roman très agréable à lire que je ne peux que vous conseiller.

Morceau choisi :
"Ainsi le temps passa. Six mois d'attente. [...] Six mois de temps : des centaines de millions de secondes pour s'éveiller, des centaines de millions de minutes pour s'endormir. Six mois de souffrance qui s'étendent à perte de vue comme le Sahara. Six mois pour s'étioler et s'épanouir, pour s'arrêter et démarrer. Six mois d'amour : une respiration,un déluge, une éternité; un simple flocon de neige."
(Buchet-Chastel - p.87)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

 

A11981Sankar - Chowringhee

Éditions : Gallimard
Traduction : du Bengali par Philippe BENOIT
Titre original : Chowringhee
Nombre de pages : 561

Quelques mots sur l'auteur :
Bengali_author_SankarShankar, de son vrai nom Mani Shankar Mukherjee, est un évrivain indien de langue bengalie née en 1933 et vivant à Calcutta. Son père meurt alors qu'il n'est encore qu'un adolescent, l'obligeant à travailler en tant que commis d'avocat pour Noel Frederick Barwell, ce qui lui donnera la matière de son premier roman sorti en 1955, The Great Unknown.
Deux de ses romans, Seemabaddha (Company Limited) et Jana Aranya (The Middleman) ont été portés à l'écran par son concitoyen Satyajit Ray.
Prolifique et immensément populaire, Sankar est l'auteur de plus de soixante-dix livres qui comprennent trente-sept romans, cinq livres de voyage, des livres pour enfants, des essais et des ouvrages de dévotion. Chowringhee, sans doute son livre le plus populaire, a été publié en bengali, en 1962, et en anglais, seulement en 2007.
(source : Wikipedia)

Mon avis :
Dans ce roman, Sankar nous entraîne dans le Calcutta des années 50 au lendemain de l'indépendance indienne. Alors qu'il cherche un emploi depuis plusieurs mois, le jeune Sankar tombe sur un ami qui lui permet de rentrer comme homme à tout faire à l'hôtel Shahjahan. Chance inespérée pour notre jeune héros qui n'aura alors de cesse de nous faire découvrir la vie trépidante de cet hôtel de luxe. Entre les touristes de passage, les habitués qu'il faut bichonner, les notables de Calcutta qui ne rateraient pour rien au monde les soirées organisées par cet hôtel de renom, Sankar ne sait parfois plus où donner de la tête mais une chose est certaine, cet hôtel, c'est sa vie !
A travers une multitude de personnages haut en couleurs et une très belle écriture, Sankar nous fait vivre mille et une intrigues parfois cocasses et, la dernière page tournée, je n'ai regretté qu'une seule chose : que ce roman soit si court ! Un roman que je recommande à tous (amoureux ou pas de l'Inde) et qui ne regretteront certainement pas cette plongée dans l'univers foisonnant du Calcutta des années 50.

Morceau choisi :
"Sans problèmes, c'est sans doute une bonne moitié du plaisir de vivre qui serait gâchée. Ce sont la douleur, l'angoisse, la pauvreté qui donnent consistance à la vie et la mettent à l'abri de l'ennui."
(Gallimard - p.91)

"[...] dans le whisky les lâches cherchent le courage, les faibles cherchent la force,les malheureux cherchent le bonheur, mais personne n'y trouvent autre chose que la ruine." (Gallimard - p.459)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

 

cvr9781416586104_9781416586104_hrIndu Sundaresan - In the Convent of Little Flowers (Au couvent des Petites Fleurs)

Éditions : Washington Square Press
Titre original : In the Convent of Little Flowers
Nombre de pages : 318

Mon avis :
Indu Sundaresan est une auteure que j'apprécie énormément. Elle m'avait totalement conquise avec sa trilogie moghole (La vingtième épouse, Le Festin de roses et Princesse de l'ombre) puis avec La splendeur du silence même si ce dernier roman m'avait un peu déçue. Aussi, c'est avec beaucoup d'attentes que j'ai débuté ce recueil de nouvelles tout en sachant que celles-ci ne pourraient en aucun cas m'apporter la profondeur narrative et le développement des personnages qui m'avaient tant plu dans les romans. Mais la magie a opéré une fois de plus et c'est avec beaucoup de regret que j'ai tourné la dernière page de ce livre.

"At first there is no sensation, no feeling at all, not even fear. Just an intense, heart-filled longing for freedom. Then strangely it is peaceful, no remorse at leaving behind the old life and stepping into the new. Meha laughs out loud, listening to the sound of her voice echo down the well of balconies. But no one wakes in the flats. No lights come on, no heads stick out of windows, no fists are shaken in disgust. They all still sleep. Tomorrow they will know, Meha thinks. Tomorrow they will see what Chandar and she have done. Time enough for that." (Washington Square Press - p. 37) La majorité des nouvelles de ce recueil sont à l'image de ce passage : tristes, nostalgiques et sublimes à la fois. A travers les 9 récits de ce recueil, Indu Sunderasan dresse le portrait d'une Inde multiple et variée qui peine à évoluer dans un monde en mouvement permanent où les standards d'hier ne sont déjà plus ceux d'aujourd'hui. Sati, naissance hors mariage, parents maltraités, libertinage, homosexualité,..., l'auteure ne s'autorise aucun tabou et pourtant, combien de personnages trouvent le bonheur dans ce recueil ? Je ne peux que vous conseiller de vous laisser emporter par ces histoires et si les nouvelles ne sont vraiment pas votre tasse de thé, plongez dans les romans de cette auteure, vous ne devriez pas être déçus du voyage !

Indu Sundaresan est une auteure à découvrir !

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30