Cormac_McCarthyÉditions : Points - Traduction : de l'anglais (Etats-Unis) par François HIRSCH -
Titre original : The Road - Nombre de pages : 252

4ème de couverture :
L'apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d'objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l'humanité. Survivront-ils à leur voyage ?

"Une émotion d'une intensité rarement atteinte dans la littérature." Le Point

The_road__3_Mon avis :
"Quand il se réveillait dans les bois dans l'obscurité et le froid de la nuit il tendait la main pour toucher l'enfant qui dormait à son côté. Les nuits obscures au-delà de l'obscur et les jours chaque jour plus gris que celui d'avant. Comme l'assaut d'on ne sait quel glaucome froid assombrissant le monde sous sa taie. A chaque précieuse respiration sa main se soulevait et retombait doucement. Il repoussa la bâche en plastique et se souleva dans les vêtements et les couvertures empuantis et regarda vers l'est en quête d'une lumière mais il n'y en avait pas." (Points - p.9) Un homme et son fils marchent vers le sud, une seule idée en tête : survivre ! C'est l'hiver et le froid, la pluie, la neige, la peur accompagnent cet étrange duo dans un monde post-apocalyptique. A quelle époque sommes-nous ? Comment le monde a-t-il sombré dans un tel chaos ? Nous ne le saurons pas mais nous suivons avec angoisse ce père et ce fils, tremblant avec eux à chaque virage de la route, à chaque maison explorée, à chaque porte poussée, espérant trouver de la nourriture, une boîte de conserve oubliée, un trognon de pomme, un peu de chaleur mais surtout, surtout, redoutant les bandes de cannibales qui se nourrissent d'humains pour survivre...

The_road

La route est un roman extrêmement poignant et terriblement intense ! J'ai suivi avec angoisse la progression de ce père et son fils, terrorisée à l'idée de ce qui pourrait arriver, craignant de tourner la page et, en même temps, incapable de ne pas savoir ! Ils ne vont pas vers le sud pour trouver une vie meilleure (avec nourriture en abondance et hommes accueillants), non, ils marchent vers le sud uniquement parce qu'il y fait moins froid. Ils ne savent pas ce qui les attend, ils marchent, c'est tout, presque sans espoir... Ce livre m'a beaucoup émue par son sujet d'abord avec son lot d'images crues et parfois terrifiantes de déshumanité mais également par l'amour entre les deux protagonistes : le père et le fils s'aiment, aucun doute là-dessus. Chacun puise sa force dans l'autre et chacun continue pour l'autre : c'est tout simplement bouleversant.

Par ailleurs, l'écriture de Cormac McCarthy renforce l'intensité du roman : des paragraphes courts, allant à l'essentiel, des dialogues réduits à leur strict minimum : "Oui", "Je sais", "D'accord", "Je comprends", "Ok"... pas besoin de beaucoup de mots pour se comprendre. De même, le père et l'enfant n'ont pas de nom, l'auteur se contente de désigner le père par "l'homme" et le fils par "l'enfant" et cette absence de nom accentue encore (s'il était besoin) l'absence d'humanité de ce monde où seule règne la loi de la jungle.

The_road__5_

De cet auteur, j'avais déjà lu Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme qui ne m'avait pas vraiment convaincue : trop noir, trop sombre, trop violent. Mais avec ce roman, je suis conquise : Cormac McCarthy est à lire !

Morceau choisi :
"Ils étaient plaqués au sol, dressant l'oreille. En es-tu capable ? Le moment venu ? Le moment venu il ne sera plus temps. Le moment c'est maintenant. Maudis Dieu et meurs. Et si le coup ne part pas ? Il faut que le coup parte. Mais s'il ne part pas ? Pourrais-tu écraser avec une pierre ce crâne chéri ? Y a-t-il en toi une pareille créature dont tu ne sais rien ? Est-ce possible ? Tiens-le dans tes bras. Juste comme ça. L'âme est prompte. Presse-le contre toi. Embrasse-le. Vite." (Points - p.105)

A lire... ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation0_30

la_route_filmUn mot sur le film ?

Titre du Film : The Road / La Route
Réalisateur :
John Hillcoat
Durée :
01h59min
Acteurs :
Viggo Mortensen, Kodi Smit-McPhee, Charlize Theron
Année de production :
2009

Une adaptation fidèle au roman qui m'a totalement conquise. La mise en image de certaines scènes du livre est parfois rude à regarder (le garde-manger humain par exemple) mais l'ensemble est très réussi. Petite différence de taille cependant entre le livre et le film : la place de la mère du petit dans les souvenirs et les rêves du père; ces images sont absentes du roman où la mémoire de la mère est tout juste effleurée au début mais cela ne nuit en rien à l'histoire !

J'ai trouvé l'interprétation de Viggo Mortensen juste et il est tout simplement éblouissant de sobriété et de présence. Quant au jeune Kodi Smit-McPhee, il se débrouille à la perfection !

Une adaptation à voir. ;-)

The_road__4_