Dabos01 Dabos02
Éditions : Gallimard Jeunesse - Nombre de pages : T1: 528 + T2: 560

Mon résumé :
Ophélie, jeune femme myope, gauche et timide vit sur l’Arche d’Anima, une arche où tous les habitants ont la capacité d’interagir avec les objets. Elle-même a deux dons particuliers : elle peut « lire » les objets, c’est-à-dire qu’elle est capable de raconter l’histoire d’un objet tout en décrivant l’état d’esprit de ses propriétaires successifs et, don assez rare, elle peut se déplacer d’un endroit à l’autre à l’aide des miroirs.

Un jour, alors qu’elle a déjà refusé deux demandes en mariage, sa famille la fiance à Thorn, un homme d’une autre arche : l’Arche du Pôle. Or, Ophélie n'a malheureusement pas la possibilité de refuser (ce mariage diplomatique étant imposé par les Doyennes de l’Arche) et Thorn s’avère être un complet malotru : asocial et rustre ! Elle doit quitter sa famille et aller vivre à la Citacielle, la capitale flottante du Pôle.
Très vite, elle s’aperçoit qu’elle aura bien d’autres choses à craindre que le froid du Pôle. En premier lieu, les pouvoirs de sa nouvelle belle-famille qui ne semble pas l’apprécier ! En second lieu, tous les nobles de la Citacielle, tous ouvertement hostiles envers son fiancé qui semble être l’homme le plus détesté de la capitale !! En dernier lieu, Thorn lui-même qui se montre aussi froid que la glace et incapable de communiquer avec Ophélie.

Mon avis :
Fantasy, jeunesse,… ouh, là, là, mes lectures du moment m’entraînent bien loin de mes rivages habituels !! Mais cela n’est pas pour me déplaire… et, oui, contre toute attente, j’ai énormément apprécié la lecture des deux tomes de cette série de Christelle Dabos ! Et j’en suis la première étonnée, mes dernières lectures jeunesse m’ayant laissée totalement sur ma faim !!

Alors, qu’est-ce qui m’a tant plu dans ces deux romans ? Tout (ou presque) !

  • L’histoire : Bien loin d’être convenue, l’intrigue est haletante, les rebondissements inattendus et les éclaircissements distillés au compte-goutte. C’est addictif et je n’ai pu lâcher chaque livre tant je souhaitais connaître la suite !!
  • Les personnages : Ophélie, Thorn, Berenilde, Rosalie, Gaëlle, Renard, Archibald,… sans oublier l’écharpe, tous les personnages sont contrastés et difficiles à cerner ! Ophélie, qui au début du premier tome se montre résignée et timide se révèle bien moins obéissante en fin de roman malgré sa maladresse « Non, madame, je suis réellement très gauche. Un accident de miroir quand j’avais treize ans. ». Thorn, malotru et glacial de prime abord, se révèle attentionné envers les personnes qu’il estime. Archibald, libertin et gouailleur saura se montrer digne de confiance dans les moments difficiles« Ici-haut, il n’y a pas d’heure pour danser, médire et comploter. » Mais, je n’en dirais pas plus pour ne pas trop en dévoiler !
  • Le monde imaginé par Christelle Dabos : Les Arches sont des îlots isolés, survivants d’une grande "Déchirure". Chaque Arche dispose d’un "esprit de famille", être immortel et plus ou moins ancêtre de tous les habitants d’une Arche. Il est à l’origine de tous les pouvoirs dont disposent les familles. Ces pouvoirs sont d’ailleurs assez variés et les dons de "liseuse" ou de "passe-miroir" d’Ophélie sont loin d’être les plus étonnants !
  • L’énigmatique Dieu : dès le début du premier tome, on apprend qu’il existe un Dieu tout puissant et régissant le monde et qu’il a fait une bêtise… mais laquelle ?

Alors, oui, cela reste de la jeunesse  mais quel plaisir de lecture, quel suspense, quel talent !!! Vivement le prochain tome !!!

Morceau choisi :
« Il lui tendit sa vieille médaille en or, assortie à ses galons et à ses dents. Ophélie l’examina d’abord avec ses lunettes. Une chose était certaine, cette breloque ne datait pas de l’ancien monde. Pressée d’en finir, elle déboutonna ses gants. Dès qu’elle referma ses doigts autour de la médaille, des fulgurances filèrent dans l’entrebâillement de ses paupières. Ophélie se laissa inonder, sans interpréter encore le flot de sensations qui se déversaient en elle, des plus récentes aux plus anciennes. Une lecture se déroulait toujours dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. »

A découvrir ! ;-)

Plaisir de lecture : lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation1_30lecture_notation05_30